L'essentiel à savoir sur l'étiquette énergie

L'étiquette énergie est obligatoire et conçue pour les produits consommateurs d'énergie.

L'étiquette énergie est valable dans tous les pays membres de l'UE.

Elle ne concerne pas qu'une sélection de produits, tels que les appareils de froid.

Son but est de renseigner le consommateur sur les performances énergétiques du produit.

Le classement énergétique fait partie des informations principales de la fiche.

Un produit se classe de A+++ à G selon ses performances et sa catégorie.

Les Français consomment chaque jour de l’énergie en grande quantité, affectant indubitablement leur empreinte carbone. Pour réguler cet effet négatif sur la planète, le consommateur doit pouvoir s'équiper d’appareils et se loger dans des habitats à l’impact énergétique moindre. L’étiquette énergie est une première aide en ce sens. Il s'agit d'une disposition légale que doivent suivre commerçants et fabricants afin de renseigner les clients sur leurs achats. Réformée en mars 2021, cette aide de mesure de la consommation classe les appareils selon leur incidence sur l'environnement à travers un système de 7 catégories.

L’étiquette énergie permet ainsi d’avoir en un coup d’œil le maximum d’informations sur la consommation énergétique de son appareil. Entre autres, elle fourmille également de détails pour estimer l’inconfort de l’utilisation de l'objet au quotidien. Si les consommateurs voient régulièrement ce document sur les produits qu'ils achètent, ils n'en connaissent pas nécessairement tous les tenants et aboutissants. Pour tout savoir de l'étiquette énergie nouvelle version, il suffit de lire le descriptif présenté ci-dessous.

Nouvelle étiquette énergie 2021 : choisir son équipement électroménager.

Tout savoir sur l'étiquette énergie et sa version 2021 pour choisir son équipement.

La nouvelle étiquette énergie de 2021

Introduite dans la législation en 1992, l’étiquette énergie a subi plusieurs variations avant 2021. Repensée au niveau européen en 2011, l'ancienne version de l’étiquette énergie comportait des logos simplifiés et une gamme “A+”, “A++” et “A+++” dans son classement. Cette catégorisation a été abandonnée au profit d'une nouvelle fiche en développement dès novembre 2020. C'est celle-ci qui sera retenue et implémentée en mars 2021.

Pour quelles raisons l'étiquette énergie a-t-elle été modifiée en 2021 ?

Une première raison pouvant expliquer ce changement d'étiquette énergie concerne son obsolescence. Les appareils concernés ont en effet bien évolué depuis les années 1990. La plupart d'entre eux atteignent la classe A, voire la dépasse, ce qui remet en cause la pertinence du classement tel qu'il est défini. L'ajout des signes “+” après la lettre A avait permis de faire gagner un peu de temps, mais au détriment de la lisibilité de la fiche produit. Il a donc été décidé de revoir tout bonnement la classification pour remédier à ces problèmes.

Les performances énergétiques des appareils électroménagers ont donc été totalement recalculées selon un nouveau système. Celui-ci s'affiche sur l’étiquette énergie par le biais d’un code couleur et d’un code lettré. Sept classes ont été établies, nommées par les lettres A à G et colorées du vert au rouge. Plus un appareil se rapproche du rouge, et donc de la classe G, plus il est considéré comme gourmand en énergie. Son impact carbone sera donc plus important.

Étiquette énergie 2021

L'étiquette énergie a été remodelée en 2021 pour être plus claire et lisible.

Avec cette nouvelle étiquette énergie, la Commission européenne espère une économie d'énergie d'environ 38 TWh par an dans l'Union européenne d'ici à 2030. Ce type d'estimation ne paraît pas rocambolesque, dans la mesure où la fiche énergétique a déjà permis de faire baisser la part des appareils ménagers dans la consommation d'électricité des ménages. À titre d'exemple, dans les années 1990, les appareils dits “froids” pouvaient atteindre jusqu'à 31% de la facture électrique des logements français, hors chauffage. D'après l'Agence de la transition écologique (ADEME), cette part se situait plutôt à 18,5% en 2020.

Comprendre la consommation d'électricité de sa télévision
À lire aussiLa consommation moyenne d'un téléviseur
Lire la suite

Qu'apporte la nouvelle étiquette énergétique ?

Outre le souhait de limiter encore davantage la consommation des ménages européens, la réforme de l'étiquette énergétique vise à améliorer sa lisibilité. L'optimisation des informations présentes sur la fiche produit concerne en particulier 4 types d'appareils :

les lave-vaisselle ;

les lave-linge et lave-linge séchant ;

les réfrigérateurs ;

les téléviseurs.

Pour ces appareils électroménagers, de nouvelles informations doivent apparaître obligatoirement sur l'étiquette énergétique. En premier lieu, un QR code donne accès à une base de données électronique regroupant tous les produits. Celle-ci prendra un peu de temps à se mettre en place mais devrait être rendue disponible courant 2021. Entre autres, le design des icônes a été repensé pour permettre de mieux mettre en avant les informations spécifiques au produit. Celles-ci peuvent concerner le nombre de couverts pour un lave-vaisselle par exemple. La pollution sonore doit quant à elle être mentionnée via une icône et une notation spécifique.

Qu’est-ce qu’une étiquette énergie ?

Présente sur l’ensemble du marché européen, l’étiquette énergie sert à informer le consommateur des caractéristiques du produit acheté. Une série d’informations y sont indiquées qui permettent d’effectuer un achat réfléchi. Le consommateur peut alors faire son choix tant pour raisons environnementales que par questions budgétaires. Bien lire l'étiquette énergie permet en effet de réduire sa consommation d'électricité ou de gaz avec des appareils qui consomment moins.

Pour comprendre au mieux le rôle d’une étiquette énergie, il faut l’envisager ainsi :

c’est une étiquette chargée de présenter succinctement les performances, notamment énergétiques, des appareils ;

il s'agit concrètement d'une liste précise d’appareils est établie par la Commission Européenne pour effectuer un achat avisé ;

les fabricants sont dans l’obligation de transmettre cette fiche énergie aux revendeurs qui doivent eux l’afficher lisiblement sur les appareils.

Le rôle d'une étiquette énergie pour les consommateurs

Introduite dans la législation en 1992, l’étiquette énergie a subi plusieurs variations, mais a pour rôle de renseigner le client sur ses achats consommant de l'énergie. Repensée au niveau européen en 2011, une nouvelle version de l’étiquette énergie se trouve dans les commerces d’Europe avec des logos simplifiés et une nouvelle gamme A+, A++ et A+++ dans le classement. Tout de même jugée trop difficile à comprendre, cette étiquette énergie se réorganise à nouveau par l’Europe. Une nouvelle fiche se met alors en place à partir de novembre 2020 pour une implémentation totale courant 2021. Dans toutes ses itérations, l’étiquette énergie se réfléchit avec toutefois toujours la même optique : résumer les caractéristiques d’un appareil, notamment en termes de performances énergétiques.

En effet, parmi les informations retrouvées sur l’étiquette énergie, le client peut lire la consommation énergétique du produit concerné. Il peut ainsi se rendre compte de l’électricité ou du gaz qui sera à dépenser pour faire fonctionner ce produit, soit une manière de réaliser si, sur le long terme, le produit sera plus onéreux qu’un autre. En pratique, l'usager peut également chercher à estimer sa facture EDF en incluant les consommations de ses appareils. Le client peut tout autant souhaiter prévoir l’impact environnemental qu’aura le produit, qui fera grossir son empreinte carbone.

La transition énergetique, un élément essentiel pour favoriser l'écologie
À lire aussiComprendre la transition énergétique pour mieux consommer
Lire la suite

Sur quels appareils retrouver une étiquette énergie ?

Au lancement de l’étiquette énergie dans les années 90, seule une sélection d’appareils de maison était concernée par cette fiche de caractéristiques. Depuis 2011, la législation couvre toutefois une plus grande variété de domaines, parmi lesquels l’automobile et l’immobilier. Les biens et domaines inclus dans la directive européenne sont généralement des appareils qui consomment beaucoup d’énergie, ou qui peuvent du moins avoir un impact mesurable sur le budget et le poids environnemental du client.

La législation inclut primordialement une sélection d'appareils domestiques :

les appareils de froid, soit les réfrigérateurs, congélateurs et appareils combinés, selon la directive 94/2/C2 et 2003/66/CE ;

les lave-linge, sèche-linge et appareils combinés, d’après les directives 95/12/CE, 95/13/CE, 96/60/CE et 96/89/CE ;

les lave-vaisselle domestiques, suivant la directive 97/12/CE et celle de 1999/9/CE ;

les fours domestiques depuis la directive 2002/40/CE ;

les ampoules électriques, depuis la directive 98/11/CE ;

les téléviseurs et appareils télévisés ;

les aspirateurs, concernés par l’étiquette énergie depuis septembre 2014.

Les étiquettes énergies couvrent aussi de plus gros appareils, tels que les climatiseurs domestiques selon la directive de 2002/31/CE ou encore les chauffages, chauffe-eaux, ballons de stockage et chaudière, depuis 2015. Les dernières catégories, rajoutées tardivement à la législation, couvrent des secteurs plus larges, avec l'automobile notamment — les voitures et les pneus — ou encore l'immobilier.

Renseigner le client sur la consommation énergétique, une obligation légale des fabricants et vendeurs

Le consommateur visualise forcément ce qu’est une étiquette énergie : en effet, elles sont partout. Il est obligatoire de faire figurer l’étiquette énergie d’un produit. Elle doit être à tout moment visible ou facilement accessible. Cette obligation engage dans un premier temps le fabricant. Ce dernier se doit de transmettre aux revendeurs la fiche produit détaillée, incluant l’ensemble des caractéristiques et des performances énergétiques.

Ensuite, c’est au vendeur de s’assurer que le client potentiel puisse lire facilement la fiche produit. Cette étiquette énergie est accessible peu importe le contexte de la vente. Que ce soit en boutique ou sur un site en ligne, la fiche produit doit être affichée clairement.

Étiquette énergie 2021 : où la trouver ?

Désormais, les vendeurs physiques ou en ligne sont dans l'obligation de faire figurer l'étiquette énergie.

Dans le cas d’une vente en boutique, l’étiquette doit être apposée sur tout appareil mis en vente par le magasin, et incluse dans la brochure ou les documents communiqués durant la vente.

S'il s'agit d’une vente en ligne, l’étiquette doit apparaître sur la page d’affichage, facilement accessible ; dans le cas où l’utilisateur est renvoyé sur une autre page du site pour accéder aux renseignements énergétiques, il faut clairement indiquer qu’il s’agit de la “Fiche produit” au client.

Conseils de MaPetiteEnergie

Si le régulateur des fraudes, la DGCCRF, ne règle pas les litiges entre les consommateurs et les fabricants, il permet toutefois de garder un œil avisé sur les potentielles arnaques et manquements sur le marché. Le client peut ainsi se renseigner sur les enquêtes menées par l'institution ainsi que se fier à la liste des arnaques recensées par la DGCCRF, pour vérifier que son vendeur potentiel est bien dans la légalité.

Comment bien lire une étiquette énergie ?

L’étiquette énergie est primordiale pour faire un achat efficace, toutefois de nombreux consommateurs peinent à la comprendre clairement. Pour lire l’étiquette énergie d’un produit, il est utile de connaître les informations qui y sont indiquées et de comprendre la façon dont les performances énergétiques sont classées. Cette fiche énergie demeure toutefois assez obscure, ce qui pousse la Commission Européenne à la repenser. Une nouvelle version tend donc à apparaître courant 2021, simplifiée. Le client peut toutefois déjà se renseigner sur la manière de lire son étiquette énergie simplement.

Les informations données par une étiquette énergie

Au vu du nombre d’appareils concernés par l’étiquette énergétique, les informations indiquées diffèrent forcément. Il existe toutefois un certain nombre de caractéristiques que le consommateur peut être sûr de retrouver pour guider son choix de produit. La fiche pratique communique ainsi des informations très précises sur la fabrication de l'appareil lui-même.

Nonobstant le domaine ou la catégorie du produit, l’étiquette énergie doit mentionner le nom du fournisseur ou de la marque, ainsi que la référence exacte du modèle. Celle-ci doit impérativement correspondre à celle définie par le fournisseur. Cela permet notamment au client de se renseigner sur diverses garanties ou de retrouver facilement des pièces à changer.

En plus de ces détails, liés au référencement de l’appareil, l’étiquette énergie mentionne nécessairement ces trois points principaux :

la classe énergétique du produit, pour se renseigner sur sa consommation d’énergie. Le classement établi a été explicité ci-dessus et demeure identifiable d’après un code couleur/lettre ;

la partie technique, signalant des informations propres au produit,  concernant notamment sa consommation réelle, son efficacité, sa capacité maximale, etc. ;

le signalement du bruit émis par l’appareil, selon une échelle de A à D, afin que le consommateur connaisse la nuisance sonore du produit.

Une étiquette énergie personnalisée selon le produit concerné

L’étiquette énergétique ne peut raisonnablement demeurer la même avec la multiplicité des types de produits. Les informations techniques indiquées, par exemple, diffèrent s’il s’agit d’un réfrigérateur ou d’un lave-linge. Sur le premier, le client peut retrouver notamment la capacité de stockage du produit, exprimée en litres. Pour le second, il pourra notamment lire le classement de l’efficacité de lavage et d’essorage de son produit. Les voitures, quant à elles, mentionneront par exemple la quantité de CO2 rejetée en g/km. L'étiquette énergie se décline ainsi pour toute la gamme de produits concernés.

Dans le domaine immobilier, les clients rencontreront fréquemment le Diagnostic de performance énergétique (DPE). Il doit systématiquement être présenté aux propriétaires et locataires potentiels. La fiche énergie mentionne alors obligatoirement la consommation annuelle d’énergie, en kWh et en euros. Elle indique aussi le positionnement du bien selon cette dernière, et selon son émission de gaz à effet de serre (GES), par m² par an.

Le DPE comporte également un descriptif du bâti et des systèmes inclus. Il contient également diverses recommandations d’améliorations du logement afin d'éviter les pertes d'énergie. Parmi elles se trouvent régulièrement des indications concernant l'isolation thermique du logement. Cet ensemble de conseils permet d'économiser sur ses factures d'eau, de gaz et d'électricité. En cas de réalisation de travaux, un propriétaire peut parfois compter sur une série d'aides gouvernementales, telles que les subventions ANAH.

Anah 2020 : les tarifs et le fonctionnement des primes
À lire aussiLes aides de l'ANAH pour améliorer le DPE de son logement
Lire la suite

Comprendre tous les avantages de l'étiquette énergie pour faire son achat

L’objectif premier de l’étiquette énergie est de guider le consommateur dans son achat. Ce dernier cherche à trouver un produit non énergivore, ou du moins le plus optimisé possible, afin de minimiser le budget et l’impact environnemental.

Le consommateur peut alors choisir un produit performant grâce à son étiquette énergie.

Il doit toutefois temporiser la fiabilité de l’étiquette énergie, notamment en se renseignant sur les réglementations spécifiques, s’il souhaite être 100% investi.

Choisir un produit performant grâce à son étiquette énergie

Un seul coup d’œil à la fiche produit permet au consommateur de se rendre compte des caractéristiques techniques de l’appareil. En effet, plus le code couleur/lettre tend vers le rouge et le G, plus ses performances énergétiques sont basses. La DGCCRF met ce point en avant pour choisir au mieux son produit grâce à l’étiquette énergie. Il faut ainsi comparer :

le prix d’achat ;

le coût d’utilisation de l'appareil selon sa durée de vie et la fréquence d’utilisation.

Nouvelle étiquette énergie 2021 : choisir un équipement performant

Afin de choisir un équipement performant, il faut prendre en compte deux éléments, dont la nouvelle étiquette énergie.

À titre d'exemple, il faut noter que les produits utilisés fréquemment ou en permanence, tels que le réfrigérateur ou le sèche-linge, sont très énergivores. À l'inverse, les appareils les plus performants coûtent potentiellement plus cher à l’achat, mais seront plus économiques sur le long terme. Il s'agit donc d'un calcul à faire pour réduire son empreinte carbone tout en respectant son budget.

Conseils de MaPetiteEnergie

Pour optimiser l'achat du client, lorsqu'il opte pour le produit le plus performant, il est aussi intéressant de considérer sa source d'énergie. En optant pour un autre opérateur énergétique que le fournisseur historique, le consommateur bénéficie généralement de tarifs d'énergie HT moins chers. Cela permet ainsi de réduire ses factures. Si l'objectif est plutôt de bonifier son empreinte carbone, en la réduisant au maximum, l'utilisateur peut concilier appareil à faible consommation énergétique et énergie renouvelable, telle que l'énergie biomasse.

Temporiser la fiabilité des chiffres indiqués sur l’étiquette énergie

La fiche énergétique sur les appareils est obligatoire et contrôlée au maximum par l’organisme en charge des fraudes. La DGCCRF toutefois continue de relever de nombreuses anomalies : en 2016, les défauts d’affichage montaient à 21%, un taux quasiment aussi élevé que celui de l’année précédente. Les erreurs sont ainsi nombreuses et relèvent autant d’une absence totale d’affichage présent que de non-conformité.

L’étiquette énergie s’établit également simplement sur les chiffres du fabricant. Ces derniers ne sont pas contrôlés ni vérifiés. Le seul cas de figure où l’étiquette énergie se vérifie est celui où le consommateur dépose plainte contre son contenu. Les chiffres affichés et les chiffres réels d’utilisation peuvent toutefois différer. L’étiquette énergie indique des performances de consommation établies dans un contexte de test de produit. La valeur annotée est donc celle pour une utilisation moyenne. Cette dernière peut augmenter ou diminuer selon les foyers et l’utilisation qu’ils font du produit.

Le consommateur doit donc apprécier l’aide apportée par l’étiquette énergie. Elle permet, après tout, de placer relativement sereinement le produit en termes de consommation. Il faut simplement garder à l’esprit que cette dernière est évolutive, et que les économies espérées seront parfois à modérer. Pour optimiser au mieux cette étiquette énergie, le client peut toujours suivre sa consommation d’énergie sur ses applications.

Tout savoir sur la consommation électrique d'un frigo
À lire aussiQuelle est la consommation énergétique d'un frigo?
Lire la suite
Cet article vous a-t-il été utile ?
Oui
Non
0 % des lecteurs ont trouvé cet article utile
1 vote

Les bons plans du moment

Ovo Energy Electricité
Mint Energie
Mint Energie
Total Direct Energie