Smartphones

Pour pallier à une mémoire défaillante, les développeurs n'ont pas attendu l'intelligence artificielle. Une musique qui dit quelque chose, mais dont il est impossible de mettre un nom sur l'artiste et le titre ? La reconnaissance musicale permise par Shazam permet de directement identifier ces références. Très utile pour tricher au Blind-Tests, l'application va être rachetée pour 400 millions de dollars.

Shazam et Apple, American success-story

Shazam permet donc d'identifier des musiques. Ce n'est toutefois pas la seule utilisation qu'on peut faire de l'application. Avec l'essor de la musique en ligne et de la dématérialisation, ce mécanisme à tôt fait parler de lui, dès que les smartphones ont pu accueillir ce type de technologie.

Shazam, application pionnière dans la musique en ligne

Shazam a été inventée en 1999. Si cette date peut paraître surprenante, c'est que les inventeurs étaient de véritables précurseurs. Le concept de reconnaissance musicale est né de l'esprit de trois jeunes étudiants, un Américain, un Britannique et un Belge. Chris Barton, Dhiraj Mukherjee et Philip Inghelbrecht. L'ingénieur en acoustique Avery Wang a rejoint le projet qui consistait en l'invention de cette machine à reconnaitre les morceaux de musique. En enregistrant un échantillon de musique joué durant quelques secondes, le logiciel crée une empreinte musicale. En comparant cette dernière à la base de données la plus complète possible dont le système est en possession, il est alors possible de donner les références musicales exactes.

Shazam, identifie la musique grâce à son empreinte musicale. Un service qui a bénéficié du lancement du mobile par Apple, d'un nouveau genre, l'iphone.

À n'importe quel moment, en possession de cette application présente sur la plateforme de vente de la marque Apple, Shazam peut identifier une musique.

Être frustré de ne pas pouvoir retrouver les références d'une musique qui a pu interpeller, dans la rue ou ailleurs, appartient au passé. Si l'idée existait déjà avant les années 2000, le service proposé s'est d'abord développé avec le principe d'envoi par SMS des résultats de recherche, après enregistrement via une boite de messagerie. Ce que le monde du smartphone allait bientôt bouleverser, grâce à l'arrivée des applications mobiles.

L'iPhone développé par Apple, support de référence pour Shazam

En 2007, le monde de la téléphonie voit naître un petit nouveau qui va faire parler de lui. L'iPhone lancé par Apple devient vite très populaire. Avec les nombreuses utilisations qu'il permet, écoute et achat de musique notamment avec iTunes, il y a une place à prendre pour Shazam. Les concepteurs développent alors cette application qui ne tarde pas à faire partie des plus téléchargées sur l'App Store.

Le lancement du premier iPhone par Apple a catalysé le succès de l'application.

Le premier iPhone, smartphone développé par Apple a révolutionné l'utilisation de Shazam, autrefois permise seulement avec un service de SMS et de messagerie vocale.

Bientôt le succès annoncé se fait sentir. En 2014 plus de 100 millions d'utilisateurs mensuels sont comptés pour Shazam. Si bien que “shazamer” une musique inconnue rentre presque dans le langage courant. En situation de monopole dans le domaine, un brevet protège le système. Une situation idéale pour le développement de l'application ? Malgré son exclusivité de service, Shazam peine à rentabiliser son activité.

1 milliard de téléchargements et une renommée sans faille

Malgré une rentabilité fragile, Shazam a réussi à séduire en masse. L'application a même été téléchargée 1 milliard de fois. Après les États-Unis, son marché le plus florissant est la France. Savourer le plaisir de l'immédiate réponse à la question “quel est ce titre ?” s'est vite imposé.

Rapidement, environ 20 millions de demandes d'identification d'empreintes musicales sont opérées quotidiennement par l'algorithme de ce logiciel. Selon le bilan mené par Stategy Analytics, le système de recommandation d'achat de musique avait fait ses preuves en 2012. En 2014 cela était confirmé puisque 7% des téléchargements légaux de musique provenaient d'abord d'une consultation de cette plateforme de reconnaissance. Cela constituait plus de 400 000 chansons.

Acquisition finale de Shazam par Apple

Si Shazam compte parmi les applications les plus téléchargées, à l'image de Facebook, son modèle économique n'a pas suivi le succès escompté. Malgré sa position de monopole dans le domaine, ce paramètre n'a pas empêché son rachat par le géant de Cupertino. Et c'était le bon moment pour la marque à la pomme. En 2015, l'application Shazam était évaluée à 1 milliard de dollars.

L'occasion pour Apple de rivaliser avec Spotify

Finalement, Apple a pu acquérir l'application pour seulement 400 millions de dollars. Cette somme peut paraitre énorme, mais elle ne correspond toutefois pas à un prix exorbitant au vu du succès de l'application. Le géant qui a lancé l'iPhone X pouvait donc se permettre ce rachat. Revalorisée en 2015, Shazam n'a pas pu sauver son modèle économique malgré son développement de services aux marques.

Apple a pâti du développement de Spotify par rapport à Shazam.

Spotify a aussi bien compris l'intérêt et les possibilités du streaming. La musique est un domaine de choix pour les applications.

Qui mieux que la marque Apple pour racheter l'application qui a bénéficié directement de l'essor de l'iPhone ? Shazam avait ainsi de nombreux partenariats, avec iTunes pour l'achat de musique mais aussi avec des plateformes de streaming comme Spotify pour tirer profit de son service. Après identification d'une musique par Shazam, l'utilisateur pouvait alors directement être orienté vers ces plateformes payantes.

Toutefois Apple n'avait pas prévu l'évolution vers les plateformes de streaming. Spotify a aujourd'hui deux fois plus d'utilisateurs que Apple Music. Un nombre qui s'élève à 60 millions. Avec la généralisation de l'accès à des connexions optimales, même dans les transports en commun, et la possibilité de stocker de la musique avec cette plateforme sans acheter un titre, le service Spotify propose en effet davantage de fluidité. Un atout que Apple Music n'a pas su anticiper.

Une opportunité de taille pour diversifier les offres

Déjà pour la commercialisation de l'iPhone, Shazam représentait une aubaine. Selon Strategy Analytics, le logiciel gratuit de reconnaissance de musique ajoutait de la valeur et un aspect innovant, du futur. Avec ce rachat prévu, Apple souhaite poursuivre dans l'innovation. Afin de tenter de rivaliser avec Spotify, Apple va donc pouvoir développer ses ambitions. Dans le secteur plus particulier de la réalité virtuelle en pleine expansion, les applications  devraient fleurir encore. Reconnaissance musicale, reconnaissance faciale : Apple a surement d'autres idées pour développer encore plus d'applications et de possibilités interactives pour l'utilisateur.

Avec le développement de l'Internet des Objets, et de la connexion en 5G, de plus en plus de modalités pourront voir le jour. La firme de Cupertino, avec ce rachat, pourra monopoliser le système de reconnaissance musicale à bon escient. Alors que Shazam n'est pas parvenu à rentabiliser son modèle économique, gageons que le concurrent de Samsung saura faire en sorte d'y remédier.

Partagez !

Forfait B&YOU

À lire aussi

Donnez votre opinion : commentez !

avatar