Smartphones

Ces derniers jours, les tensions entre Huawei et les États-Unis font les gros titres. À la suite d’un décret signé par Donald Trump, le constructeur chinois a l’interdiction de commercer avec les sociétés américaines. Pour la firme, la conséquence majeure a été de se voir retirer sa licence Android, pénalisant grandement le succès de ses smartphones à venir. Accusé d’espionnage pour le compte de Pékin, Huawei reste une marque particulièrement populaire sur le sol chinois, où ses adeptes ont d’ores et déjà lancé la contre-attaque. Premier coup d'éclat : un boycott massif d'Apple, principal constructeur américain, en Chine.

En réponse au blocage de Huawei, le boycott d’Apple prend de l’importance en Chine

Sur les réseaux sociaux chinois, un sentiment d'hostilité à l'égard des États-Unis se fait de plus en plus ressentir. La plateforme Weibo en est l'un des plus grands relais. Certains internautes utilisent ce réseau comme un véritable levier pour faire face à l’interdiction concernant Huawei, imposée à toutes les sociétés américaines. Ces dernières n’ont effectivement plus le droit d’effectuer des transactions commerciales avec la firme chinoise. Le constructeur de smartphones doit ainsi se passer de certains partenaires essentiels dans le bon déroulement de ses activités. Parmi ceux-ci, impossible de taire les noms de Google, Qualcomm, Intel ou encore Broadcom.

L'interdiction de Huawei aux USA creuse le fossé avec la Chine

Avec cette décision de Washington, certains Chinois appellent au boycott de l'intégralité des produits américains.

Pour les consommateurs chinois, les fonctionnalités proposées par Huawei seraient similaires à celles mises en avant par les iPhone. De ce fait, il n’y aurait plus aucune raison valable de continuer à utiliser des produits Apple. Pour certains, la décision va encore plus loin puisqu’ils appellent à boycotter tous les produits équipés de composants américains. Dans cette optique, tous les modèles de téléphones pourvus d’une puce Qualcomm sont susceptibles de ne plus trouver preneur.

En Chine, ce n’est pas la première fois qu’un boycott de la marque à la pomme s’organise. Depuis déjà quelque temps, plusieurs centaines d’entreprises ne souhaitent plus avoir de liens avec la marque, allant même jusqu’à confisquer les produits Apple de leurs employés. D’autres sociétés participent quant à elles à la popularité de Huawei en offrant à leurs salariés des subventions afin d’acheter des produits du constructeur chinois.

Le décret américain contre Huawei bouleverse les autres constructeurs

Une telle décision n’est pas sans conséquence, inévitablement ; Huawei a acquis en peu de temps une place primordiale dans l’univers des smartphones. Le boycott mis en place par les Chinois pourrait avoir d’importantes répercussions sur les chiffres d’Apple. Alors que la firme américaine fait déjà face à une chute de ses ventes, elle pourrait bien perdre l’un des marchés les plus importants du monde en termes de vente de smartphones. Pour certains spécialistes, la baisse du chiffre d’affaires d’Apple fin 2018 est en lien direct avec le marché chinois où les ventes d’iPhone n’ont pas du tout été au beau fixe.

Une publicité Huawei fait face à un Apple Store en Chine

En Chine, le boycott des produits Apple est quelque chose de plus en plus courant.

À l’inverse, d’autres sociétés profitent des déboires du constructeur chinois, à l’image de Samsung qui a vu son action en bourse grimper de 4,3% à Séoul depuis la décision de Washington. Les mésaventures de Huawei poussent ainsi les investisseurs à se tourner vers la firme sud-coréenne, perçue comme plus sure pour effectuer un investissement. Dans les faits, sans le système d’exploitation Android, Huawei aura beaucoup plus de mal à vendre ses smartphones. Les consommateurs pourront alors se rabattre sur les modèles de son concurrent asiatique qui continueront de proposer tous les services Google.

Washington forcé de revenir sur sa décision concernant le constructeur chinois

Une prise de décision aussi ferme de la part des États-Unis a permis de soulever différents problèmes. Outre le boycott d’Apple qui prend forme en Chine, le gouvernement américain a dû faire face à l’inquiétude de millions de citoyens concernant l’avenir de leurs smartphones. Pour essayer de calmer les tensions, Washington a décidé de revenir quelque peu sur sa décision. Le constructeur aura donc jusqu’au 19 août 2019 pour acheter des équipements et des composants aux fournisseurs américains. L’objectif est de permettre à Huawei d’assurer le maintien de ses produits déjà vendus et de ne pas trop handicaper les consommateurs américains dans leur quotidien.

Ren Zhengfei au sujet de l'interdiction de Huawei aux USA

Ren Zhengfei a déclaré que les États-Unis avaient sous-estimés Huawei et que son développement ne serait pas affecté par cette interdiction.

Malgré ce sursis, les tensions ne vont certainement pas s’arrêter là. À la suite de cette annonce, le fondateur de Huawei s’est exprimé. Ren Zhengfei a entre autres affirmé que les USA avaient considérablement sous-estimé les capacités de sa marque. Il semblerait que le constructeur ait déjà anticipé depuis quelque temps cette prise de décision. Pour faire face à cela, il aurait ainsi pris toutes les dispositions nécessaires.

Partagez !

Forfait B&YOU

À lire aussi

Donnez votre opinion : commentez !

avatar