Téléphonie Mobile

Oui, la 5G, c’est pour bientôt. Toutefois, avant que les opérateurs ne se lancent dans un déploiement intensif des infrastructures pour en faire profiter les abonnés, il fallait que l’Arcep attribue à chacun des fréquences à utiliser. C’est désormais chose faite ! Cependant, cette attribution n’est pas au goût de tout le monde. Bouygues Telecom a déjà qualifié la proposition de l’Arcep comme étant « incompréhensible ». Free mobile continue d’en rajouter en parlant, pour sa part, d’une “mise à mort.” On accuse même l’Arcep de favoriser largement Orange et SFR pour cette nouvelle 5G. Quelques explications s’imposent.

La 5G, l’Arcep et les opérateurs : une mise en place compliquée

La 5G, cela fait des mois que l’on en parle. La future norme de téléphonie mobile doit très prochainement être déployée en France. Le but est de permettre des débits internet mobile d’au moins 1 Gb/s. Pour les particuliers, cela se traduit par des téléchargements plus rapides, dignes de la fibre optique. Mais l’augmentation du débit vient surtout compenser l’accroissement des données échangées chaque jour, en particulier à cause de l’augmentation rapide des objets connectés.

la 5G

La 5G arrive, mais les opérateurs ne sont pas tous à égalité.

De fait, la 5G doit être un marché incontournable pour les opérateurs mobiles. Orange, SFR, Bouygues Telecom et Free : aucun d’entre eux ne doit faire d’erreur ni prendre de retard, au risque d’être tout simplement écrasé par les concurrents. Pour mettre tout le monde à égalité, il y a l’Arcep, l’Aurorité de régulation des communications électroniques et des postes. C’est cet organisme qui devait attribuer les fréquences d’ondes de la 5G que chaque opérateur peut utiliser. Et c’est là que ça coince.

C’est cet été que l’Arcep a présenté son plan d’attribution des fréquences de la 5G. Elle propose une attribution en deux temps : l’achat de blocs de 40 MHz, sur la bande 3,4 – 3,8 GHz, bande utilisée en Europe pour la 5G. Les candidats doivent s’engager à respecter certains engagements et accèderont à un bloc pour un prix fixe. Dans un second temps, les blocs restant seront mis aux enchères, par blocs de 10 MHz et non de 40. Les candidats (les opérateurs) pourront alors demander un nombre de blocs d’après le prix fixé par le Gouvernement. Les enchères prennent fin quand le nombre total de blocs demandés par les opérateurs ne dépasse pas le nombre de blocs disponibles.

À lire aussiQui est l'Arcep ?
Lire la suite

Les enchères sur la 5G : l’Arcep force-t-il un retour à 3 opérateurs au détriment de Free ?

Bouygues Telecom a été le premier à s’exprimer contre cette idée d’enchères sur les bandes 5G. Mais Free va plus loin et accuse l’Arcep de le mettre à mort. De fait, avec ce système d’enchères, les candidats aux plus larges capitaux sont favorisés. Ces candidats, ce sont Orange et SFR, dont le capital dépasse le milliard. Plus simplement formulé, Orange et SFR peuvent bien plus facilement payer un grand nombre de blocs de fréquences, ce qui en laissent moins pour Bouygues, et en fin de compte, très peu pour Free, dont le capital dépasse à peine le million d’euros.

Xavier Niel

Xavier Niel devra-t-il faire face à une crise pour Free ?

On comprend la logique de Free, et la colère de Xavier Niel. On peut aussi faire les liens avec les rumeurs de retour à 3 opérateurs. Le marché actuel implique une concurrence démesurée, et des prix dérisoires sur les abonnements mobiles. L’Arcep voudrait-elle simplement faire disparaître un acteur majeur du marché, Free, pour forcer le retour à 3 opérateurs tant évoqué ? C’est sans doute ce que craint Xavier Niel, dont l’opérateur éprouve actuellement des difficultés à conserver ses clients.

Il ne fait aucun doute que beaucoup de choses vont se jouer, et que Free semble en danger. Si l’expression de « mise à mort » utilisée par Xanier Niel vis à vis de la procédure d’enchères semble forte, elle n’en est pas moins compréhensible. L’avenir du trublion s’avère ainsi de plus en plus incertain.

Lancement officiel de l'attribution des fréquences 5G en France
À lire aussiLa 5G, c'est quoi ?
Lire la suite

Partagez !

Forfait SFR

À lire aussi

Donnez votre opinion : commentez !

avatar