Téléphonie Mobile

Dans le cadre du Plan France Très Haut Débit, les opérateurs de téléphonie mobile ont des objectifs à respecter. Parmi eux, le développement des réseaux Très Haut Débit sur l’ensemble du territoire. Mais c’est également pour couvrir des zones blanches que les opérateurs doivent fournir des efforts. À travers la Fédération Française des Télécoms, on apprend que l'investissement des acteurs du secteur a porté ses fruits.

Zones blanches : des réseaux mobiles 3 et 4G de plus en plus implantés

Alors que la société est de plus en plus orientée vers l’usage d’internet, de nombreuses localités n’y ont toujours pas accès. C’est pour mettre un terme à ce déséquilibre entre les grandes villes et les zones reculées que la FFT a imposé un programme d’aménagement aux opérateurs. D’ici la fin du semestre, les opérateurs devront avoir déployé les technologies 3G et 4G dans les communes encore marginalisées. Pour l’heure, le bilan de l’année 2016 a été dévoilé. Si pour ce qui est de la 2G les opérateurs n’ont pas encore atteint l’objectif de 100% de couverture, ils s’en approchent fortement. Au niveau des réseaux 3G et 4G, les performances des opérateurs sont prometteuses. Au cours de l’année écoulée, plus de 1000 communes ont bénéficié de l’installation de ces réseaux.

L’avancée pour les opérateurs est donc réelle. Par rapport aux près de 3500 sites concernés par une couverture en réseau 3G ou 4G, les opérateurs en ont déjà mis en place plus de 2600. Les dernières localités concernées devraient donc bénéficier de ces réseaux avant le mois de juillet. Toutefois, si l’élan pris par les opérateurs est encourageant, ces derniers sites à couvrir ne sont pas les plus faciles d’accès. On apprend effectivement que sur les 958 communes encore vierges de ces couvertures réseaux, près de la moitié d’entre elles sont situées dans des massifs montagneux. L’affaire n’est donc pas mince pour les opérateurs puisque si la majorité de leurs obligations sont remplies, les dernières pourraient être les plus difficiles à réaliser.

SFR et Orange : dans le viseur de l’ARCEP, les opérateurs brillent

Dans le cadre de cette grande manœuvre, deux des quatre principaux opérateurs étaient particulièrement surveillés par les autorités de régulation. C'est notamment le cas d'Orange, déjà épinglé par l’ARCEP dans le cadre de son investissement massif dans la fibre. Il en est de même pour SFR, dont l’investissement dans les zones rurales était en retard par rapport à ses concurrents. Toutefois, les différents bilans dévoilés en ce début d’année semblent être en faveur des deux géants. Effectivement, les deux FAI ont largement développé leurs infrastructures. Avec ce déploiement d'antennes, ils proposent des réseaux de meilleure qualité à leurs clients.

Au niveau de la téléphonie mobile, SFR a ainsi réalisé un dernier trimestre 2016 impressionnant. Entre les mois de septembre et décembre, l’opérateur a ainsi déployé pas moins de 4400 antennes 4G. Grâce à cet investissement massif, il peut notamment garantir l’accès à la 4G à plus de 80% de la population. Dans une moindre mesure, Orange a également mis le cœur à l’ouvrage. Si les résultats sont moins impressionnants, le FAI disposait quand même de près de 15000 antennes 4G actives à la fin de l’année 2016.

Partagez !

Forfait B&YOU

À lire aussi

Donnez votre opinion : commentez !

avatar