Téléphonie Mobile

La chose était annoncée depuis longtemps déjà. Les frais d’itinérance, ou de roaming, sont désormais une chose du passé pour l’Europe. Il est désormais possible d’appeler et d’envoyer des SMS ou des MMS depuis n’importe quel pays de l’Union Européenne, sans souffrir d’un surcoût à faire décoller la facture.

Roam like at home : une initiative de l’Orece

Roam like at Home (RLAH), c’est le nom de cette initiative européenne. Si en France, c’est l’Arcep qui sert de régulateur des télécoms, dans le cadre de l’Europe, il s’agit du BEREC, le “Body of European Regulators for Electronic Communications”, que l’on peut traduire en “Organe des régulateurs européens des communications électroniques” (ORECE). Il s’agit du regroupement de l’ensemble des 28 régulateurs des télécoms des 28 états membres de l’Union Européenne. 9 “régulateurs observateurs” sont également présent dans cet organe.

Parmi les objectifs et enjeux de cet organisme, il y a la neutralité du net, mais aussi la protection des consommateurs passant par l’accessibilité de l’internet. Actuellement et jusqu’en 2018, c’est Sébastien Soriano, le président de l’Arcep, régulateur français, est également le président de l’Orece. C’est donc grâce à cet organe et à la coopération des organismes le composant que ce 15 juin 2017 sont supprimés les frais d’itinérance entre les pays membre de l’Union Européenne.

Pour le moment, cela ne concerne pas les pays non-membres faisant malgré tout partie de l’Espace Economique Européen. Ceux-ci seront intégrés plus tard. Il s’agit de 3 pays que sont l’Islande, la Norvège et le Liechtenstein. Cependant, les territoires d’outre-mer des métropoles sont inclus.

sebastien soriano

Sébastien Soriano est l'actuel président de l'Arcep. Il est également jusqu'en 2018 le président de l'Orece.

Qu’est-ce que l’itinérance, aussi appelé roaming et pourquoi en supprimer les frais ?

L’itinérance, ou le roaming, c’est le fait d’utiliser son forfait sur un territoire autre que celui de son opérateur de téléphonie mobile. Quand un usager utilise son forfait à l’étranger, il utilise les lignes et le réseau de ce pays. L’opérateur qui gère le réseau utilisé loue alors celui-ci à l’opérateur qui a fourni le forfait. Par exemple, un Français qui se trouverait en Allemagne utiliserait le réseau Allemand. Hors, son forfait est bien Français (Orange, SFR, Bouygues Télécom ou Free Mobile). Afin de pouvoir utiliser le réseau, l’opérateur Allemand loue le réseau à l’opérateur Français qui doit alors le payer. Cela se voit par la suite sur la facture de téléphone.

Il y avait des inégalités sur l’itinérance. D’une part, les opérateurs ne facturaient pas toujours ces frais de la même façon. D’autre part, tous les opérateurs ne sont pas impactés de la même façon. Tout dépendait du nombre de forfaits étrangers utilisés dans un pays. Un pays comme la France par exemple, qui est très touristique, pouvait voir ses opérateurs réaliser des bénéfices intéressants. Et de fait, par rapport au reste de l’Europe, les opérateurs français réalisaient un chiffre nettement supérieur de 10 à 15%. Supprimer ces frais supprime ces inégalités entre les pays, et favorisent la concurrence entre les opérateurs. Par ailleurs, c’est aussi un moyen de renforcer la notion d’Union Européenne elle-même. Ainsi, la circulation numérique est aussi libre que la circulation physique. Un européen peut utiliser son forfait n’importe où en Europe.

fin du roaming europe

La fin des frais de roaming concerne les pays de l'Union Européenne. Il ne faut, pour le moment, pas inclure la Norvège, l'Islande, le Liechtenstein, la Suisse ni Andorre.

Des limites et des ajustements pour ne pas permettre les abus

Cette suppression des frais de roaming est le résultat de plusieurs années de travail. Depuis près d’une décennie, ces frais n’ont fait que baisser. Cependant, l’Arcep dit bien “les frais d'itinérance supplémentaires facturés aux utilisateurs”, et non pas facturés aux opérateurs. Le fait est qu’un opérateur doit continuer de louer ses lignes aux autres opérateurs. La conséquence de cela, c’est que certains ont décidé d’augmenter leurs prix. C’est le cas certes en Allemagne, mais également auprès d’un opérateur en France. Bouygues Télécom a, comme ses concurrents, intégré l’Europe avec un peu d’avance dans ses offres. En changeant le contenu de ses offres, il a également augmenté le prix de ses forfaits. L’augmentation est de l’ordre de 2€ sur la plupart des offres, mais peut atteindre 10€. C’est un moyen d’équilibrer les choses, puisque les opérateurs vont perdre une source de revenus.

Cependant, il ne faut pas qu’ils soient trop perdants, et la régulation leur permet au moins une chose. En ce qui concerne les appels, SMS et MMS, pas de problème, l’usage est à volonté. Cependant, il y a des limites fixées en ce qui concerne les données mobiles. Les forfaits illimités et riches en données peuvent avoir une limite d’usage. Cependant, la réglementation impose un usage confortable de celles-ci sur l’itinérance.

Ainsi, les opérateurs proposent systématiquement l’ensemble des données des petits forfaits jusqu’à 1 Go, et au moins 10 Go sur les plus grosses offres. Il faut donc toujours être attentif à sa consommation de données mobiles. Enfin, pour rappel, la Suisse en Andorre ne font partie ni de l’UE, ni de l’Espace Économique Européen. Les opérateurs ne sont donc pas tenus de les intégrer dans leurs offres. Ce qui est ensuite hors forfait est, par la suite, facturé au tarif national en vigueur.

fin du roamong limite 4G

L'usage des données mobiles restent relativement limité, bien que les opérateurs doivent fournir une quantité “confortable” pour le roaming.

Partagez !

Forfait RED SFR

À lire aussi

Donnez votre opinion : commentez !

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments