Téléphonie Mobile

Le 12 décembre 2017, L'Arcep, Autorité de régulation des communications électroniques et des postes présente le bilan de son action pour 2017. Meilleure connexion, développement et amélioration des réseaux, y compris dans les zones blanches, les efforts fournis ont porté leurs fruits. Pour 2018, cette dynamique sera consolidée. L'ambition principale de l'Arcep est de permettre une accélération de ce mouvement qui avait incité les opérateurs à améliorer les couvertures réseau partout en France.

Connexion améliorée en 2017 grâce aux mécanismes d'évaluation

L'Arcep communique ainsi les performances réalisées depuis l'élaboration de son plan d'action. Différentes mesureS avaient été mises en place. L'accent était mis sur la volonté d'homogénéiser les territoires en connexions de qualité. Transparence envers les citoyens et coopération avec les différents opérateurs ont permis de réaliser certains objectifs dans ce sens.

“Choc de transparence” grâce aux outils de l'Arcep

Ce n'était un secret pour personne : les performances de connexion sont inégales en France. Grandes villes et centres urbains étaient privilégiés, tandis que des “zones blanches”, moins densément peuplées, n'étaient pas logées à la même enseigne. Cette inégalité territoriale n'était pas anecdotique. Le gouvernement a même mis en place un Plan France Très Haut Débit pour y remédier. La qualité de connexion devrait être identique et optimale sur tout le territoire. Pour ne pas menacer l'égalité de traitement entre les citoyens, il a donc fallu agir. L'Arcep s'était donné cette mission.

Bilan de l'état de la connexion pour les citoyens sur une carte interactive.

Carte interactive de l'Arcep renseignant sur les effort de connexion, et la possibilité réelle d'appeler ou recevoir des SMS par opérateur et par lieu.

Tout d'abord, rendre compte de cet état de fait de manière effective a été établi. Une carte spécifique faisant état des connexions sur le territoire a permis de cerner plus précisément le problème. Grâce à ce dispositif, la transparence a pu être assurée envers les citoyens soucieux de voir leurs connexions s'améliorer. C'est aussi la coopération entre les utilisateurs, les opérateurs et les dispositifs de développement qui  a permis aux objectifs d'être réalisés. Les outils, de plus en plus transparents ont donc permis d'affiner le diagnostic. Le site monreseaumobile.fr a en effet permis de comparer la couverture en réseau mobile. Cette étape importante a été saluée par un certain succès. La plateforme de signalement “J'alerte Arcep” a eu un record de visites lors de son lancement en octobre. Pour 2018, ces outils destinés aux utilisateurs de tous les territoires devraient être encore utilisés.

Conséquence de la transparence : de meilleures connexions et des efforts de la part des opérateurs

Forte de ces nouveaux outils, et d'une confiance renouvelée, l'Arcep a donc pu réaliser certains de ses objectifs pour développer une meilleure connexion sur les territoires jusque-là défavorisés. L'idée est de donner plus de transparence sur la couverture réseau. Le mécanisme est devenu incitatif pour les opérateurs. C'est en effet l'expérience de l'utilisateur et la possibilité pour lui de pouvoir téléphoner qui sont pris en compte dans ces évaluations.

LA connexion est au coeur des enjeux, quoi de mieux que les réseaux sociaux pour transmettre une information de cette nature ?

Publication Twitter de l'Arcep au sujet de son bilan 2017. La communication des résultats a pour but d'inciter les opérateurs à améliorer leurs connexions. Les réseaux sociaux sont utilisés, pour davantage de transparence sur le sujet.

Grâce à ces nouveaux indicateurs, les performances ont pu être évaluées. Les opérateurs ont tenu compte de ces dispositifs pour ensuite proposer des partenariats avec des collectivités. La mise en lumière de ces efforts représente en effet pour eux des avantages qui se répercutent sur leur image. Les mesures de qualité de service, élaborées de manière trimestrielle permettent d'encourager Orange, Bouygues, SFR et Free à développer leur réseau sur tout le territoire. Avec les évaluations trimestrielles les efforts sont ainsi rapidement salués.

Mais ce n'était pas l'unique objectif. Outre la meilleure performance, il s'agissait aussi d'encourager le développement de l'utilisation de nouvelles technologies pour assumer la transition numérique promise. Avec l'élaboration du statut “zone fibre” l'Arcep a donc établi un bilan et incite à développer ce fonctionnement d'accès à Internet en Très Haut Débit. Le partenariat élaboré entre Orange et Free pour développer le Très Haut Débit en Mayenne permettra ainsi à ce département de prétendre devenir une zone de ce type.

Des perspectives d'amélioration pour la connexion dans tout le territoire en 2018

Avec les différents dispositifs mis en place, les fournisseurs d'accès Internet ont donc pu bénéficier d'une vitrine pour leurs efforts. L'Arcep peut donc se féliciter même si des défis restent particulièrement d'actualité. Au programme pour 2018, un mot d'ordre : accélérer.

Couverture Internet, mobile, et fibre renforcés parmi les dispositions prioritaires pour 2018

Avec son mauvais classement européen en débit 4G, la France doit donc encore fournir des efforts en matière de connexion qui sont non-négligeables. Les dispositions de l'Arcep ont porté leur fruits. Mais cette autorité rappelle que la dynamique doit continuer. Parmi les piliers annoncés dans ce sens pour 2018, le déploiement cohérent de la fibre sur les territoires.

Acceleration de l'amélioration de la connexion générale pour la France, tel est le programme de l'Arcep.

L'idée est d'accélerer le mouvement vers le développement d'une meilleure connexion à tous points de vue.

C'est d'ailleurs le Sénat, la chambre qui représente les territoires, qui a recommandé l'affirmation de cet objectif au sujet de la fibre. Ce dernier a publié un avis en 2017 faisant état de la nécessité de mutualiste les efforts entre les opérateurs pour éviter les doublons par exemple et rendre compte des évolutions.

C'est aussi au sujet de la simple couverture voix, SMS, et Internet que la priorité demeure d'actualité. Si le SMS commence à avoir de l'ancienneté, son envoi et sa réception restent conditionnés, comme pour les appels, à l'accès à un réseau efficace. En effet, de plus en plus de Français comptent sur la mobilité davantage que sur leur réseau fixe. En lien avec le gouvernement, l'Arcep compte établir des obligations ambitieuses à faire respecter. Des règles auxquelles les opérateurs seront soumis qui devraient permettre aux citoyens de bénéficier de meilleures couverture dans ces trois domaines.

Des perspectives nouvelles pour accompagner la transition numérique en encourageant le recours à la fibre et aux réseaux publics

Ce n'est pas seulement une question de couverture réseau de chaque citoyen dans son domicile ni grâce à son téléphone qui témoigne d'une transition numérique réussie. L'Arcep compte aussi continuer ses efforts en termes de réseaux publics. Le recours à la fibre pour ces derniers est plébiscité. Cette amélioration représente une véritable demande de la part des utilisateurs, y compris dans les villes. Si la couverture mobile est bonne, l'accès à Internet reste inégal. Surtout, le cas des transports en commun et de l'accès à la 4G dans le métro n'est pas d'actualité partout. Si c'est déjà le cas de Toulouse, et que Rennes devrait s'en munir pour 2018, Lyon a par exemple maintes fois retardé l'échéance. Concernant la capitale, seules quelques lignes en bénéficient pour l'instant.

Partagez !

Forfait SFR

À lire aussi

Donnez votre opinion : commentez !

avatar