Téléphonie Mobile

Apple, plus que jamais, est au cœur de l'actualité. La Justice française vient d'ouvrir une enquête à l'encontre de la multinationale américaine. Le motif de cette investigation est l’obsolescence programmée supposée pratiquée par Apple concernant ses derniers iPhone. La firme à la pomme a, en fin d'année 2017, révélé avoir sciemment économisé les performances de ses smartphones pour en prolonger la durée de vie. C'est l'association Halte à l’Obsolescence Programmée qui a saisi le procureur de la République concernant cette affaire.

Les révélations d'Apple ont provoqué le mécontentement des utilisateurs

L'hiver 2017-2018 aura été contrasté pour Apple. La firme a célébré avec beaucoup de succès l'arrivée dans ses rangs de l'iPhone X. En contre-partie, les failles Meltdown et Spectre représentent des menaces pour tous les terminaux fonctionnant sous iOS et MacOS. Pour finir, la multinationale américaine doit assumer les révélations faites dans les derniers jours de décembre 2017. Une fois les dernières mises à jour du système d'exploitation iOS effectuées sur d'anciens modèles d'iPhone, ceux-ci présentaient des signes inquiétants. Ralentissements, redémarrages inopinés, autonomie diminuée de la batterie : les témoignages concernant des malfonctionnements n'ont cessé d'affluer. Devant le nombre de sollicitations, Apple a finalement daigné s'exprimer sur le sujet. Et ce ne fut pas forcément plus rassurant pour les utilisateurs d'iPhone.

Une recherche Google met en valeur le sentiment concernant l'obsolescence programmée des iPhone d'Apple à la sortie de chaque nouveau modèle.

Comme le montre cette analyse de recherches Google, chaque sortie d'un nouveau modèle provoque des ralentissements sur les anciens modèles d'iPhone.

Le 20 décembre 2017, la marque à la pomme a ainsi admis sciemment ralentir les performances de vieux modèles d'iPhone. Par le biais d'un communiqué de presse, Apple a déclaré avoir privilégié l'autonomie de leurs appareils aux performances. Tous les désagréments rencontrés par les utilisateurs seraient dus à cette pratique. Selon la compagnie américaine, les batteries au lithium verraient leur durée de vie s'amenuiser drastiquement au fil du temps. Pour leur permettre de durer plus longtemps, les performances des processeurs seraient mis à contribution. En tous les cas, la société se défend de toute accusation d'obsolescence programmée. Apple affirme avoir fait cela uniquement dans la perspective de faire durer davantage les batteries de ses utilisateurs. Certainement pas pour leur faire changer de téléphone portable sur une base plus régulière.

Apple est aux prises avec les associations de consommateurs de par le monde

Suite à ces révélations, Apple est cependant montré du doigt. Aux États-Unis, de nombreux utilisateurs ont déposé plainte contre la société. Le cas de la France est un peu plus particulier. En août 2015, le délit d'obsolescence programmée est entré dans le droit pénal. Il s'agit d'une particularité nationale, et qui pourrait bien mettre en danger Apple. Dès le 27 décembre 2017, l'association HOP avait déposé plainte contre le géant américain suite aux nombreux témoignages reçus. Le groupe affirme avoir communiqué avec plus de 2600 utilisateurs d'iPhone rencontrant des problèmes de performance sur leur téléphone. L'enquête est désormais confiée à la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF). Halte à l'Obsolescence Programmée a affirmé souhaiter partager ses informations avec l'organisme en charge de l'investigation.

Les performances de l'iPhone 7 d'Apple est aussi en proie à des ralentissements.

Même l'iPhone 7, pourtant sorti seulement en 2016, voit ses performances ralentir depuis la nouvelle mise à jour iOS.

Devant le tollé de protestations soulevé par ses propres révélations, Apple a décidé de diviser par trois le coût de remplacement de ses batteries. Jusqu'au 31 décembre 2018, il est en effet possible de substituer la batterie de lithium d'un ancien modèle d'iPhone pour 29 euros. Une prestation auparavant accessible pour 100 euros. Cela n'a néanmoins pas suffi à apaiser les foules. L'obsolescence programmée étant particulièrement compliquée à prouver, il pourrait s'agir d'une première depuis la promulgation de la loi contre cette pratique. Récemment, un autre grand groupe s'est retrouvé sous le feu des projecteurs suite à des accusations de semblable portée. Le 24 novembre, l'enquête concernant les pratiques utilisées par le constructeur d'imprimantes Epson pour inciter ses clients à acheter des cartouches avait été ouverte à Nanterre. La société japonaise était également visée par l'association HOP.

Un début d'année agité sur le plan judiciaire pour Apple

Du côté de l'association française, l'heure n'est pas encore aux réjouissances, mais l'espoir est présent. L'avocat de Halte à l'Obsolescence Programmée, Me Émilie Meunier, confirme :

Nous nous félicitons de la décision du procureur qui a ouvert une enquête pénale contre Apple sur le fondement du délit d'obsolescence programmée. C'est le résultat de la mobilisation des consommateurs du monde entier […] Nous demandons à Apple de coopérer pleinement et en toute transparence avec les autorités judiciaires françaises, d'indemniser l'intégralité des préjudices subis par les plaignants et, surtout de changer ses pratiques

Le début d'année en France risque d'être agité pour Apple sur le plan judiciaire. Très récemment, la multinationale a assigné en référé l'organisation altermondialiste Attac au tribunal de grande instance de Paris. Celle-ci avait occupé les locaux d'un magasin Apple Store à Paris-Opéra pour protester contre l'optimisation fiscale pratiquée par le géant à la pomme. La convocation est prévue pour le 2 février. Attac a d'ores et déjà incité à organiser un rassemblement citoyen pour défendre ses actions.

Concernant l'enquête d'obsolescence programmée en revanche, nul doute qu'elle devrait établir un précédent dans les relations liant la France et les multinationales. Longtemps suspectée, mais difficile à prouver, l'obsolescence programmée est un serpent de mer qui pourrait être véritablement pointé du doigt à l'issue de cette enquête. Une conclusion qui pourrait durablement bouleverser notre utilisation et consommation des smartphones.

Partagez !

Forfait SFR

À lire aussi

Donnez votre opinion : commentez !

avatar