Téléphonie Mobile

Il a été maintes fois répété que l'état de la 4G en France laisse à désirer. La France enregistre un sérieux retard concernant la couverture du réseau mobile, par rapport à ses voisins européens. Partout sur le territoire existent des zones dites “blanches”, car dépourvues de réseau mobile Haut Débit. Il semblerait toutefois que la situation soit sur le point de changer. Les opérateurs ont pris la pleine mesure de la situation pour régler ce problème. Vendredi matin, un accord a été conclu entre le gouvernement et les opérateurs Orange, SFR Altice, Free Mobile et Bouygues Telecom. Il a pour but de mettre fin aux zones blanches. Le montant de l'accord s'élève à 3 milliards d'euros. Qui va se charger de régler la facture ?

3 milliards d'euros à la charge des opérateurs pour en finir avec les zones blanches

C'était une des préoccupations phares d'Emmanuel Macron : couvrir tout le pays en Très Haut Débit, d'ici 2022. Le Plan France Très Haut Débit a donc pour mission de remplir cet objectif. Le Très Haut Débit concerne les connexions internet fixes, ainsi que les connexions mobiles, telles que la 4G. L'accord conclu vendredi matin entre le gouvernement et les quatre opérateurs téléphoniques concerne cette dernière. Le Plan France Très Haut Débit mobilise la somme de 20 milliards d'euros, à investir sur 10 ans. Cette somme est apportées par différents acteurs : l'État, les collectivités territoriales, l'Europe, ainsi que les opérateurs télécoms.

L'accord dont il est ici question vise notamment à équiper tout le territoire français en 4G, et ainsi mettre fin aux zones blanches. Aujourd'hui, 51,2% seulement de la population est couverte en Très Haut Débit. Environ 500 villages français sont considérés comme étant des zones blanches. Pire, même dans les grandes villes, les abonnés connaissent des problèmes de connexion en 4G. Afin d'éliminer les zones blanches, il faudra installer 5 000 antennes et pylônes et équiper pas moins de 30 000 kilomètres de lignes ferroviaires, TER compris. Les investissement nécessaires à cela s'élèvent à 3 milliards d'euros, sur trois ans. La bonne nouvelle, c'est qu'ils sont à la charge des quatre opérateurs, en échange du renouvellement de leur licence. Les opérateurs financeront donc entièrement cette opération, prenant en charge la gestion et la construction.

Un accord a été trouvé pour mettre fin aux zones blanches.

L'Arcep, l'Autorité de régulation indépendante des télécoms, a participé à la signature de cet accord.

Comment le gouvernement contraint les opérateurs à améliorer la couverture 4G du territoire français ?

Dans une interview accordée au JDD, le secrétaire d’État Julien Denormandie est revenu sur les conditions de négociation de cet accord. Il semble qu'un ultimatum a été fixé par le Premier ministre Édouard Philippe aux opérateurs.

Nous avons engagé des négociations intenses avec les quatre principaux opérateurs en vue d'améliorer très significativement la couverture mobile du territoire. Le Premier ministre leur avait fixé un ultimatum : nous sommes parvenus vendredi matin à cet accord avec eux, sur proposition de l'Arcep, le gendarme des télécoms. C'est un accord historique qui va permettre de changer le quotidien des Français.

Edouard Philippe à propos de l'accord sur les zones blanches

Le Premier ministre Édouard Philippe se félicite de la signature de l'accord qui doit mettre fin aux zones blanches.

Un calendrier de travaux accéléré et une exigence de qualité pour mettre fin aux zones blanches

Il faut préciser que si le plan sur trois ans n'est pas respecté, les opérateurs télécoms s'engagent à des sanctions. Grâce à cette pression, exercée sur les opérateurs, Julien Denormandie explique qu'en seulement trois ans, un travail d'une quinzaine d'année sera effectué pour déployer la connectivité mobile. C'est à se demander pourquoi cela n'a pas été fait plus tôt ! D'ici 2020, plus de 10 000 communes qui sont aujourd'hui en 2G ou 3G devront donc enfin à la 4G. Il était temps. Il ne suffira donc plus de la présence des opérateurs dans les territoires français. Ceux-ci devront également assurer au niveau de la qualité du réseau fourni. La pression est d'autant plus grande qu'il existe aujourd'hui plusieurs outils pour contrôler la qualité de service offerte par les opérateurs.

Des contrôles permanents exercés sur les opérateurs par les abonnés grâce à l'Arcep

L'Autorité de Régulation des Communications Électroniques et des Postes prend son rôle de gendarme des télécoms très au sérieux. L'année 2017 a été riche en nouveautés pour contraindre les opérateurs à améliorer leur qualité de service. En septembre dernier, l'Arcep a publié de nouvelles cartes permettant d'évaluer la couverture mobile des opérateurs français sur son site monreseaumobile.fr. Ces cartes évaluent la voix, les SMS et l’Internet sur l'ensemble de la France métropolitaine. Sur son site, l'Arcep propose ainsi de comparer les cartes de l'état du réseau fournies par les opérateurs, avec les cartes de mesures de qualité de service réalisées en conditions réelles par l'Arcep elle-même. La qualité est mesurée autour des lieux de vie mais également pour l'ensemble du réseau de transport français.

L'outils cartographique de l'Arcep permet de repérer les zones blanches du territoire.

Un mois après cette initiative, l'Autorité a lancé un nouvel outil intéressant : “J'Alerte l'Arcep !”. Les abonnés fixes et mobiles peuvent se rendre sur le site jalerte.arcep.fr et faire état des dysfonctionnements qu'ils rencontrent auprès de l'opérateur. En deux mois, le site internet de “J'alerte L'Arcep” a déjà recensé plus de 12 600 plaintes. Dans la même veine, au vu du dernier accord qui a été signé, l'Arcep va par ailleurs vérifier que les opérateurs respectent leurs engagements. Ce, au moyen d'un observatoire, publié chaque trimestre.

J'alerte L'arcep, l'outil qui permet de dénoncer les zones blanches

Chaque mois, l'Arcep publie un rapport des plaintes reçues sur le site internet jalerte.larcep.fr.

Ceci est symptomatique de l'état de la couverture réseau des connexions sur le territoire français. Il ne reste donc plus qu'à espérer que les opérateurs Orange, Free Mobile, Bouygues Telecom et SFR Altice tiennent leurs engagements.

A voir aussi : qu'est ce qu'une zone blanche ?

Partagez !

Forfait SFR

À lire aussi

Donnez votre opinion : commentez !

avatar