Une semaine en actualités : Stéphane Richard, arrêt de l’iPhone X, l’opérateur Blu et Orange/TF1

Publié le 28 janvier 2018 à 18h30

Clément M.

Pas de commentaire

DesDu 22 au 26 janvier, il s’en est passé des choses dans l’industrie de la téléphonie mobile. Retour sur quelques unes des informations les plus marquantes, journée après journée ! Cette rubrique est l’occasion idéale de rattraper votre retard si vous n’avez pas eu l’occasion de lire quotidiennement les actualités de notre site. Si l’on ne peut que vous plaindre, nous sommes suffisamment sympathiques pour vous offrir cette session de rattrapage.

Lundi, c’est Stéphane Richard qui peut briguer un troisième mandat à la tête d’Orange

Lors d’un entretien mené par Radio Classique, Bruno le Maire a conforté la position de Stéphane Richard à la tête d’Orange. Il fallait que ce soit dit, puisque le dirigeant de l’opérateur téléphonique subit des attaques de toutes parts. En cause, son implication dans l’affaire Tapie, entre 2007 et 2009. Alors directeur de cabinet de Christine Lagarde, la ministre de l’Économie sous la présidence de Nicolas Sarkozy, Stéphane Richard avait fait de son mieux pour arranger Bernard Tapie. Celui-ci était au cœur d’un conflit l’opposant au Crédit Lyonnais, concernant le rachat d’Adidas. L’actuel dirigeant d’Orange aurait ainsi fait son possible pour que cette affaire puisse être arbitrée par le ministère de l’Économie. Pire encore, il aurait agi en-dehors de son domaine de compétence. Christine Lagarde n’aurait ainsi pas été prévenue de nombreuses réunions liées à cette affaire.

Stéphane Richard était au centre de deux actualités cette semaine.

Stéphane Richard voit son statut conforté, sous réserve du résultat de sa mise en examen suite à l’affaire Tapie.

Au terme de cet arbitrage, les époux Tapie avaient reçu 404 millions d’euros. Une coquette somme, essentiellement prélevée sur les finances publiques. Stéphane Richard a, depuis, été mis en examen, et renvoyé au tribunal correctionnel pour “complicité d’escroquerie” et complicité de détournement de fonds publics”. L’État, actionnaire majoritaire d’Orange, réitère sa confiance envers le dirigeant. Il souhaite mettre en valeur la présomption d’innocence qui entoure Stéphane Richard. Le procès devrait avoir lieu avant l’été, ou à l’automne prochain. Le conseil d’administration des actionnaires, permettant de connaître le nom du futur dirigeant, se situe en mai. En cas de condamnation toutefois, Stéphane Richard devra démissionner, selon Bruno le Maire. Et ce, malgré sa réussite avec le groupe Orange, qui se porte bien mieux depuis son arrivée.

Voir l’article complet : Stéphane Richard, vers un troisième mandat à la tête d’Orange ?

Mardi, c’est l’iPhone X qui pourrait voir sa production s’arrêter

Le parangon de technologie devant célébrer l’ anniversaire de la plus célèbre gamme de smartphones, l’iPhone X, pourrait déjà tirer sa révérence. C’est en tout cas l’information que pense détenir Ming-chi Kuo, analyste de KGI Securities. Dans un article paru sur Appleinsider, les suppositions vont bon train concernant un arrêt de la production de l’iPhone X au cours de l’été. La raison en serait simple : le smartphone d’Apple ne se serait pas suffisamment vendu. Il s’agirait du premier smartphone haut de gamme du constructeur californien qui ne serait pas proposé dans un modèle plus abordable. L’iPhone 5C avait toutefois vu sa production s’arrêter avant d’être proposé à un tarif moins onéreux. Quelles sont les raisons de l’échec annoncé de l’iPhone X ? Plusieurs existent, dont certaines parfaitement compréhensibles avant même sa sortie.

L'iPhone X était au coeur des actualités.

Apple pourrait très prochainement arrêter la production d’iPhone X, peu après sa commercialisation.

Tout d’abord, le prix du smartphone d’Apple est bien trop onéreux. Commercialisé à 999$ aux États-Unis, l’iPhone X avait vu son prix augmenter en traversant l’Atlantique. L’Hexagone avait donc été pourvu de deux modèles. Le premier, disposant de 64 Go de mémoire, est proposé à 1159 euros, lorsque le second, armé de 256 Go de mémoire, est disponible pour 1329 euros. Une fois son prix annoncé, l’iPhone X avait été catalogué d’iPhone SMIC, en référence à son prix trop onéreux. Une autre raison de ce désamour consiste en l’encoche disgracieuse visible au sommet du téléphone. Une gêne telle que des applications proposent de la dissimuler, pour ramener l’écran à un format plus ordinaire. Enfin, le Face ID, argument de vente d’Apple, a davantage fait parler de lui pour les tromperies dont il a été victime que pour son utilisation finalement accessoire.

Voir l’article complet : l’arrêt de production de l’iPhone X pour bientôt ?

Jeudi, c’est l’opérateur virtuel Blu qui propose des forfaits gratuits

Après une phase de test enthousiasmante, ayant rassemblé quelques 50 000 utilisateurs, l’offre de l’opérateur virtuel Blu est disponible à tous. Sa proposition repose sur un concept particulièrement atypique. Plutôt que de posséder un forfait pour disposer d’un accès aux communications et à la 4G, Blu prend le parti de financer ses forfaits par la publicité. Dans les faits, il s’agit pour les utilisateurs intéressés de télécharger l’application disponible sur le Play Store. Les adhérents reçoivent ensuite la carte SIM dans leur boîte aux lettres. Par la suite, il leur suffira de regarder des spots publicitaires, jouer à des applications, et inviter des amis, pour gagner des éclairs. Ces derniers constituent la monnaie virtuelle inhérente au fonctionnement de Blu. En les accumulant, les utilisateurs ont accès à différentes fonctionnalités. Les éclairs sont échangés contre des appels, SMS, et des données internet.

Blu a créé l'actualité cette semaine.

Blu, le nouvel opérateur virtuel, permet d’avoir accès à un forfait gratuit en regardant des pubs et en jouant à des jeux.

Derrière ce concept novateur, on retrouve l’opérateur virtuel Prixtel. Celui-ci se félicite du succès acquis au cours de la phase d’évaluation, et espère ainsi atteindre 200 000 utilisateurs d’ici la moitié 2019. Il s’agit du seuil de rentabilité de la formule Blu. Son cœur de cible est la tranche d’âge des 15-25 ans. Après tout, les jeunes ont déjà l’habitude de devoir regarder des publicités pour accéder à du contenu. Le fonctionnement de Blu correspond à une évolution logique des opérateurs virtuels, toujours désireux de se distinguer pour exister face à l’hégémonie des quatre opérateurs principaux. Pourtant, Blu, comme Prixtel auparavant, utilise SFR pour fournir le réseau à ses adhérents. Quelque part entre indépendance et détachement, les opérateurs virtuels semblent toujours devoir rendre des comptes à leurs aînés.

Voir l’article complet : Blu, le nouvel opérateur gratuit.

Vendredi, c’est Orange qui menace de ne plus diffuser TF1

Actuellement, les opérateurs tentent de renégocier les droits de diffusion des groupes télévisés dans leur bouquet TV. La plupart du temps, cela se passe bien. Le groupe M6 a ainsi pu assurer la diffusion de son contenu par Bouygues Telecom, Orange, et SFR. Toutefois, Orange pourrait couper l’accès aux chaînes du premier groupe télévisé français très prochainement. La conséquence de négociations n’ayant pu aboutir en temps. À la décharge de l’opérateur, le groupe de Martin Bouygues se montre particulièrement gourmand. TF1 demande la somme de 100 millions d’euros pour la diffusion de son contenu télévisuel. Cela permettrait de développer une application spécifique et optimisée, dédiée aux chaînes du groupe.

TF1 et Orange étaient au coeur des actualités.

TF1 demanderait 100 millions d’euros pour la diffusion de son contenu sur le bouquet proposé par Orange.

Pourtant, si SFR a pu trouver un accord, cela veut dire que des compromis existent sans doute. En attendant, Stéphane Richard, évoqué plus haut et récemment conforté dans sa position d’homme fort d’Orange, déclarait un manque à gagner plus important pour TF1 que pour sa firme.

Orange c’est 25% de l’audience cumulée de TF1 en France. Est-ce que vous pensez raisonnablement qu’une chaîne dont le modèle économique est la gratuité pour les utilisateurs, donc rémunérée par la publicité, peut du jour au lendemain se couper de 25% de son audience ? Je ne crois pas…

La donne peut évidemment changer d’ici quelques jours. La date du 31 janvier marque l’expiration des précédents accords. D’ici-là, on ne peut s’empêcher de penser qu’il s’agit pour TF1 et de l’ensemble du groupe détenu par Martin Bouygues de mettre à mal un concurrent direct en lui demandant une importante somme. Orange cédera-t-il aux sirènes de la diffusion ?

Voir l’article complet : Orange pourrait arrêter de diffuser les chaînes du groupe TF1.

N'oublie pas de partager !

488 articles publiés

Clément Menand

Clément Menand

Féru de culture et de technologie, Clément vous informe sur les stratégies, les innovations et les nouveautés des opérateurs mobiles.

Donnez votre opinion : commentez !

Poster un Commentaire

avatar