Téléphonie Mobile

La course à la 5G connait un nouveau rebondissement outre-Atlantique. Une note confidentielle, révélée par le site américain Axios semble montrer que l'administration Trump envisage un réseau 5G nationalisé. Nul doute que cela ne sera pas du goût des opérateurs télécoms américains. Ce n'est en tout cas pas celui du régulateur américain des télécoms, la FCC (Federal Communications Commission), soit l'équivalent de l'Arcep en France. Le président de la FCC, Ajit Pai a d'emblée rejeté l'idée, dénonçant une démarche coûteuse et contreproductive.

Un réseau 5G contrôlé par l'État américain pour faire face à la menace chinoise

C'est un article publié par le site Axios qui révèle l'affaire, après avoir récupéré un fichier Powerpoint et un mémo d’un membre du Conseil de sécurité nationale (NSC). Le Conseil envisagerait ainsi la construction d'un réseau 5G entièrement contrôlé par l'État américain. Ce réseau national 5G centralisé devrait être mis en place d'ici trois ans, soit avant la fin de la présidence Trump. La raison évoquée par le NSC américain ? Contrer la Chine qui domine actuellement le marché des télécoms.

Le gouvernement américain tente de contrer la menace chinoise

Les documents révélés par Axios confirment que les États-Unis voient la Chine comme une menace en matière de cybercriminalité et d'économie. L'auteur des documents en question va même plus loin en affirmant que “cet effort pourrait aider à protéger les pays en voie de développement contre la tendance néo-colonialiste de la Chine”. Le Conseil prévoirait ainsi de partager son réseau 5G avec les pays émergeants, afin de protéger les démocraties alliées contre la menace chinoise. Il s'agirait donc d'un impératif concernant la sécurité des USA et de ses alliés, notamment les pays en voie de développement. L'article d'Axios précise par ailleurs que les avancées de la Chine en matière d'Intelligence Artificielle sont inquiétantes.

H. R. McMaster est le plus haut membre du Conseil de sécurité nationale qui statue sur la 5G.

En tant que conseiller à la sécurité nationale, H. R. McMaster est le plus haut membre du Conseil de sécurité nationale. Il est l'un des plus proches conseiller du président Donald Trump.

Selon les notes du NSC, la Chine est en train de gagner la “bataille des algorithmes” en matière d'Intelligence artificielle”. Les Américains estiment que “ne pas construire le réseau [les] place en désavantage permanent par rapport à la Chine en la matière”. Le rapport entre le réseau 5G et l'Intelligence Artificielle n'est toutefois pas été précisé. On peut toutefois en déduire qu'il s'agit du contrôle des informations passées par ce biais.

Les chinois en avance sur la recherche et le développement de la 5G et de l'Intelligence Artificielle

Il est vrai que les constructeurs chinois sont particulièrement impliqués dans la recherche et le développement en matière de 5G. Huawei, OnePlus, ZTE, Xiaomi, OPPO : tous multiplient les tests et les investissements pour développer ce réseau du futur. OPPO a d'ailleurs récemment fait part de son ambition d'être l'un des premiers fabricants à proposer un smartphone compatible 5G. Les États-Unis ne permettent pourtant pas aux équipementiers chinois de commercialiser leurs appareils sur le sol américain. Ils craignent que ces derniers n'usent de leur position pour espionner pour le compte de leur gouvernement. C'est la raison pour laquelle la commercialisation du Huawei Mate 10 Pro aux USA, en partenariat avec l'opérateur télécom AT&T a été annulée au dernier moment.

Opérateurs télécoms, constructeurs et agences gouvernementales sur la même longueur d'onde concernant la nationalisation de la 5G

L'idée d'une nationalisation du réseau 5G met tout le monde d'accord. Malheureusement pour le Conseil de sécurité nationale, les réactions ne lui sont pas favorables.

Le président de la FCC fermement opposé à la nationalisation de la 5G

Évidemment, la nouvelle a été plutôt mal reçue par les acteurs de l’industrie de l’internet mobile. D'après un article publié par Libération, les opérateurs télécoms ont tous rejeté l'idée d'emblée. Ils soutiennent que “le gouvernement devrait poursuivre sa politique de libre concurrence qui a permis à l’industrie américaine du mobile de gagner la course à la 4G”. Cette prise de position est partagée par Ajit Pai, le président de la FCC, qui a fait une déclaration officielle en ce sens. Il s'est dit opposé à toute idée d’un réseau national de cinquième génération géré par le gouvernement.

Ajit Pai se dit fermement opposé à la nationalisation de la 5G.

Dans un post Twitter, Ajit Pai, président de la FCC, se dit fermement opposé à la nationalisation de la 5G.

Je m'oppose à toute proposition du gouvernement fédéral de construire et de gérer un réseau national 5G. Le marché, et non le gouvernement, est le mieux placé pour mener les innovations et les investissements.

Qui financera la construction du réseau 5G si l'État s'empare du projet ?

Reste évidemment les questions restent la logistique et le financement d'un tel projet, qui s'avèrent gargantuesques. D'après les documents en possession d'Axios, l'administration Trump envisage deux alternatives. Le gouvernement pourrait construire le réseau lui-même. L'autre solution envisagée est que les opérateurs se regroupent au sein d’un consortium. Ils déploieraient ainsi les infrastructures nécessaires pour le compte du gouvernement, à la manière de contractuels. Il semblerait pourtant que c'est la première solution qui est mise en avant.

Cette nouvelle arrive alors que les opérateurs télécoms américains ont déjà bien avancé à l'élaboration d'un réseau 5G. AT&T, T-Mobile et Vérizon ont multiplié les tests ces dernières années. L'opérateur Verizon s’apprête d'ailleurs à commercialiser la 5G pour des offres internet fixes courant 2018. L'intention du Conseil de sécurité nationale d'un réseau de cinquième génération entièrement construit et géré par l'État semble déjà compromise.

À voir aussi : quand seront commercialisés les premiers forfaits 5G ?

Partagez !

Forfait B&YOU

À lire aussi

Donnez votre opinion : commentez !

avatar