Téléphonie Mobile

L'Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep) estime que les smartphones, tablettes et assistants vocaux limitent l'accès à l'Internet. En d'autres termes, la neutralité du Net se trouverait menacée car sur ces appareils, le parcours de navigation des utilisateurs serait réduit. Cela serait dû au fait que les tablettes et smartphones soient fournis avec un système d'exploitation unique. Par ailleurs, l'existence d'un seul magasin d'application limiterait les possibilités. En somme, le smartphone, possédé par la quasi-totalité de la population, est un écosystème fermé, qui empêcherait d'accéder à tout le potentiel de la Toile. L'Arcep publie donc un rapport intitulé “Smartphones, tablettes, assistants vocaux : les terminaux, maillon faible de l'internet ouvert“. Ce rapport s'accompagne de quelques recommandations essentielles pour un internet ouvert et libre de choix.

Les smartphones, tablettes et objets connectés menacent la neutralité du Net

Pour l'Arcep, et ce en accord avec le Règlement européen sur l'internet ouvert de 2015 et la loi pour une République numérique du 7 octobre 2016, garantir la neutralité du net est une mission fondamentale. Or, ce principe d’un internet ouvert, serait actuellement menacé à cause de certains terminaux.

Un logiciel d'exploitation unique et un magasin d'applications spécifique

La prolifération des smartphones, tablettes et assistants vocaux limiterait le champ de navigation sur Internet. Les utilisateurs ont alors un choix restreint. En cause : un unique système d'exploitation et surtout un unique app store ou magasin d'application. Il est vrai que les utilisateurs ont le choix entre deux systèmes d'exploitations : soit l'iOS d'Apple soit l'OS Android, de Google. Le premier est intégré à tous les iPhone de la marque. Le second est présent sur les smartphones de toutes les autres marques : Samsung, LG, Huawei, Nokia, etc. Les détenteurs d'iPhone se rendent sur l'App Store pour télécharger des applications. Les autres doivent se rendre sur le Play Store.

L'ouverture du Net serait menacée d'après l'Arcep.

Il existe des dizaines de marques de smartphones, mais seuls deux systèmes d'exploitation se partagent les parts de marché.

Si l'Arcep explique que cela limite le choix des utilisateurs, c'est surtout parce qu'aujourd'hui, il est plus simple de télécharger une application plutôt que de se rendre à l'adresse internet du site web en question. Cela concerne les réseaux sociaux, mais également les services bancaires, de réservation d'hôtel, les billetteries, le shopping, les démarches administratives. Plutôt que de se rendre sur le site internet de la Caisse d'Allocations Familiales (CAF), les utilisateurs préfèrent aujourd'hui télécharger une application dédiée. Cela permet de ne pas attendre qu'une page internet se charge, mais aussi de retrouver toutes ses informations préenregistrées.

Les Français de plus en plus accros à leur smartphone, les objets connectés se démocratisent

Il est vrai que les utilisateurs se connectent de plus en plus de leur smartphone, au détriment de l'ordinateur. Une étude de l'Observatoire des pratiques numériques des Français, menée par l'opérateur Bouygues Telecom, confirme cette tendance. Les Français sont de plus en plus accros à leur smartphone. Par ailleurs, l'Arcep précise également dans son rapport que les objets connectés présentent un “risque de limitation toujours plus grand”. Le gendarme des télécoms met en garde contre les assistants vocaux comme Google Home, les ordinateurs de bord dans la voiture, et autres objets connectés. Or, les opérateurs télécoms, constructeurs de smartphones et autres acteurs du secteur – dont l'Arcep – travaillent tous à la mise en place d'un réseau 5G. Ce réseau du futur est très attendu, puisqu'il permettra aux objets d'être finalement tous connectés entre eux.

Une série de solutions proposées par l'Arcep pour un Internet ouvert et libre de choix

En accompagnement de son étude sur les maillons faibles de l'ouverture du Net, l'Arcep propose plusieurs recommandations. Ce, afin d'apporter une solution pérenne “pour assurer un internet ouvert et le libre choix des utilisateurs”. Parmi ces recommandations, l'Arcep conseille la mise en place de cinq points essentiels.

1. Clarifier le champ de l'Internet ouvert en posant un principe de liberté de choix des contenus et applications quel que soit le terminal

2. Réguler “par la data”, et rendre l'information transparente et comparable pour les utilisateurs, particuliers et professionnels

3. Veiller à la fluidité des marchés, et la liberté de passer d'un environnement à l'autre

4. Lever certaines restrictions imposées artificiellement par les acteurs-clefs des terminaux aux utilisateurs et aux développeurs de contenus et services

5. Intervenir rapidement grâce à une procédure agile permettant d'accompagner les entreprises, notamment les PME et les startups faisant face à des pratiques discutables

Comment garantir l'ouverture de l'Internet selon l'Arcep ?

Selon l'Arcep, il existe quelques précautions à prendre afin de garantir un internet ouvert de bout en bout.

L'Arcep apporte quelques précisions spécifiques quant à ces recommandations. Pour réguler “par la data”, le gendarme des télécoms préconise par exemple de promouvoir des outils de comparaison. Il incite également “d'imposer la transparence des critères de référencement et de classement employés par les magasins d’applications”. Afin de mettre en place la troisième recommandation, l'Arcep souhaite qu'il soit enfin permis aux utilisateurs de supprimer des applications préinstallées. Par ailleurs, il faudrait permettre aux développeurs de contenus et services d’accéder constamment aux mêmes fonctionnalités des équipements. Il n'y a pas que le grand public qui soit concerné par ces mesures. L'Arcep souhaite “inventer une procédure agile pour accompagner les entreprises, notamment les PME et les startups, face à des pratiques discutables”

À voir aussi : jusqu'à 150 euros de remise sur les smartphones sans forfait de SFR.

Partagez !

Forfait B&YOU

À lire aussi

Donnez votre opinion : commentez !

avatar