Téléphonie Mobile

Comme tous les mois, l’ANFR a publié les chiffres sur le déploiement des antennes. Comme tous les mois, Bouygues Télécom est toujours premier en nombre d’antennes déployées. Pourtant, c’est Orange qui a déployé le plus d’antennes en février, alors que Bouygues Télécom justement est celui qui en a déployé le moins. C’est l’occasion, comme tous les 30 jours, de faire un point sur la situation de la 4G en France métropolitaine. Après tout, un nombre d’antennes seul, ce n’est pas très parlant.

Le point mars sur la 4G : déploiement et fonctionnement

Rappelons que ce que l’on nomme couramment la 4G, c’est un protocole de transmission de données mobiles autrement nommé LTE. De même, la 3G renvoi au protocole UMTS et la 2G au protocole GSM. Le déploiement de la 4G est résumé chaque mois par l’ANFR sous forme de tableau et via un communiqué de presse. Si les chiffres du tableau permettent d’exposer un fait neutre, ils ne restent que des informations abstraites sans quelques explications et quelques interprétations.

À voir aussi : la couverture réseau des opérateurs.

Bouygues Télécom : premier sur le déploiement de la 4G en France

Pas de réelle nouveauté apportée par ces chiffres que transmet ici l’ANFR. Comme toujours, Bouygues Télécom est l’opérateur qui dispose du plus grand nombre d’antennes 4G déployée. Juste derrière Bouygues Télécom et ses 14 697 antennes, on trouve Orange avec un total de 14 603 antennes. Si le déploiement se poursuit au même rythme, Orange devrait d’ailleurs passer devant Bouygues Télécom d’ici le moins prochain. De fait, l’opérateur historique des télécoms a, en février, déployé 313 nouvelles antennes, contre 41 seulement pour Bouygues Télécom. Orange pourrait ainsi conforter sa position déjà très confortable d’opérateur numéro 1 de la métropole. Ce mois-ci, SFR est donc repassé derrière Orange avec un total de 14 506. Enfin, dernier de la liste comme toujours, Free Mobile avec un total de 10 058 antennes. Rappelons que Free Mobile a entamé son déploiement après les autres opérateurs déjà en place.

Les antennes 4G des opérateurs.

Le nombre total d'antennes 4G par opérateur avec, de haut en bas, Orange, SFR, Bouygues Télécom et Free Mobile.

Que faire de tous ces jolis chiffres ? On peut dire ce que l’on sait déjà : la course à la 4G continue pour les opérateurs. Elle devrait même s’intensifier d’ici les prochains mois, maintenant que la 5G se précise de plus en plus. Dans les faits, aujourd’hui, l’écart entre les opérateurs n’est pas assez intense pour provoquer de réelles différences dans les services. Et pourtant, différences il y a. Orange n’a pas gagné la première place des opérateurs pour rien. Ainsi, il n’y a pas que la taille qui compte. Encore faut-il savoir placer et disposer ses antennes. Il faut aussi savoir jouer sur les fréquences utilisées. Il faut donc aller bien plus loin que ce que montrent les graphiques de l’ANFR. L’organisme précise aussi les fréquences les plus utilisées, et l’on remarque une augmentation significative des antennes en 2 100 MHz.

La 4G : une histoire d’onde, de densité et de fréquence

Si tous les réseaux mobiles actuels ne se valent pas d’un endroit à un autre, c’est parce que le nombre d’antennes ne suffit pas. Par exemple, si Orange déploie 12 000 antennes à Coucy-lès-Eppes, ce petit village picard se trouvera heureux d’avoir la meilleure couverture de France. Par contre, Orange se trouvera bien embêté de ne couvrir d’un village de l'hexagone. Si l’opérateur historique dispose de la meilleure couverture de la population, c’est parce qu’il a su répartir ses antennes à des endroits stratégiques. Toutefois, il ne suffit pas de mettre des antennes un peu partout pour proposer un bon réseau. Comme Bouygues Télécom l’avait expliqué dans une campagne publicitaire, c’est aussi une question de densité. Plus il y a d’antennes sur un même endroit, plus le réseau disponible est bon. C’est encore mieux si l’on sait utiliser les fréquences comme il faut.

Le réseau de la 4G profite au total de 5 bandes de fréquences. La plus utilisée est actuellement la bande 2,6 GHz. À l’inverse, la moins utilisée est la bande 2,1 GHz, attribuée plus récemment seulement à la 4G. Pourquoi multiplier les fréquences et ne pas uniformiser le réseau avec une seule ? Parce que la puissance du signal et sa portée varie selon la fréquence qui est utilisée. Plus elle est élevée, plus le signal et puissant et stable, mais moins le signal va loin. Les plus petites fréquences permettent donc de mieux traverser les murs. L’idéal s’avère donc d’agréger des fréquences entre-elles pour proposer les meilleures performances possibles. C’est ce que fait Bouygues Télécom pour permettre des débits en 4G+ par exemple. SFR, Orange et Free Mobile y vont aussi de leur stratégie pour maintenir une qualité de réseau aussi haute et constante que possible.

À voir aussi : les abonnement 4G et 4G+ des opérateurs.

Partagez !

Forfait B&YOU

À lire aussi

Donnez votre opinion : commentez !

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments