Téléphonie Mobile

Ce matin, l'Autorité de régulation des communication électroniques et des postes (Arcep) a annoncé la possible libération de la bande 26 GHz, pour “le coup d'envoi des réseaux 5G”. l'Autorité ouvre donc une consultation publique à ce propos. Véritable enjeu économique et technologique, le développement de la 5G est une priorité pour l'Arcep. C'est également une priorité pour les opérateurs télécoms et pour les constructeurs de mobiles. Il s'agit de la prochaine génération de réseaux mobiles. À ce titre, elle est censée modifier nos usages de manière significative. L'Arcep a, à de nombreuses reprises, affirmé son engagement pour le développement de cette technologie. L'Autorité présente donc la bande de fréquences 26 GHz comme la bande pionnière pour la mise en place et le lancement de la 5G.

Quels sont les enjeux de la 5G ?

Cela fait plusieurs années que le développement de la cinquième génération de réseaux mobiles est en cours. Qu'il s'agisse de l'Arcep, des opérateurs télécoms ou des autres acteurs de la téléphonie mobile, la 5G représente un enjeu important. Ses nouveaux usages permettront de changer le mode de vie des Français, mais également de créer de l'emploi. Les investissements sont colossaux, mais c'est également le cas des bénéfices attendus. Quels sont alors ces enjeux ?

A-t-on besoin d'une connexion data plus rapide ?

Créé en 1982, le réseau 2G, également appelé GSM pour Global System for Mobile Communications permet aux mobiles d’échanger par voix. Le passage de la 2G à la 2,5G a permis d'introduire la connexion data sur les téléphones mobiles. Depuis lors, toutes les nouvelles générations de réseaux mobiles ont pour principal objet une amélioration de cette connectivité data. Une connexion à Internet de plus en plus rapide avec le mobile est devenu un enjeu de taille. On peut dire que l'objectif a été atteint avec l'établissement de la 4G. Celle-ci permet en effet une connexion de qualité, rapide et performante. Elle n'est toutefois pas encore accessible à toute la population, et il existe encore des zones blanches, mais la plupart des opérateurs approchent désormais des 100% de couverture 4G. Dans ce cas, à quoi peut servir la 5G ?

Quel est l'intérêt du développement de la 5G ?

La cinquième génération de réseaux mobiles n'a pas pour principale vocation une accélération de la connexion à Internet depuis le mobile. Il est vrai que la 5G permettra une connexion plus rapide, avec un temps de réponse plus faible, mais son intérêt est bien plus important. Dans son communiqué de presse à propos de la libération de la bande 26 GHz, l'Arcep ne manque pas de rappeler les enjeux de la 5G, notamment le développement de nouveaux usages.

“Génération de rupture, la 5G doit permettre un saut de performance en termes de débit (qui doit être multiplié par 10), de délai de transmission (qui doit être divisé par 10), et de fiabilité de la communication. Elle devrait être un véritable ” facilitateur ” de la numérisation de la société, en autorisant le développement de nouveaux usages : réalité virtuelle, véhicule autonome et connecté, ville intelligente (contrôle du trafic routier, optimisation énergétique), industrie du futur (pilotage à distance des outils industriels, connectivité des machines)…”

Plusieurs bandes de fréquences nécessaires au lancement de la 5G

Pour répondre aux nouveaux usages qu'introduira la 5G, il est nécessaire de libérer de nouvelles bandes de fréquences. Celles-ci doivent prendre en compte les nouveaux impératifs “de très grande capacité et de très faible latence“. Les nouvelles fréquences de la 5G seront donc de deux ordres :

  • des fréquences basses : il faut notamment mentionner les fréquences de la bande 3,4-3,8 GHz, qui ont déjà fait l'objet d'une consultation publique de l'Arcep en janvier 2017 ;
  • des fréquences supérieures à 24 GHz, dans les bandes dites “millimétriques “, soit la bande 26 GHz.

La libération de la bande supérieure 26 GHz dans la gamme de fréquences millimétriques

Comme l'explique l'Arcep, la bande 26 GHz a été identifiée comme étant la bande pionnière dans la gamme de fréquences millimétriques, et ce, au niveau européen. L'Autorité espère parvenir à une première utilisation de la bande 26 GHz d'ici l'année 2020. On parle de libération de cette bande, car elle est actuellement déjà en cours d'utilisation. Ses fréquences sont effectivement affectées à l'Arcep, et sont utilisées par des faisceaux hertziens. Il faut citer les services fixes, ainsi que les services spatiaux.

La bande de fréquences 26GHz pour la 5G d'après l'Arcep

L'état des affectations de la bande 26 GHz, à l’exception du service inter-satellite.

Une coexistence des fréquences de la 5G est-elle possible avec les faisceaux hertziens ?

La bande 26 GHz accueille déjà des stations terriennes de trois services différents. Il faut citer le service d'exploration de la Terre par satellite, le service de recherche spatiale et le service fixe par satellite. L'Arcep se questionne aujourd'hui sur “la faisabilité et les modalités de leur migration dans d'autres bandes de fréquences en vue de la libération de la bande pour la 5G”. L'Autorité va donc étudier les conditions selon lesquelles une coexistence des stations terriennes d'exploration spatiale serait possible avec des fréquences 5G. Les fréquences de la bande 25,5 – 27 GHz sont actuellement attribuées à trois entités :

  • le ministère des Armées ;
  • le Centre national d'études spatiales ;
  • l'administration chargée de la météorologie.

À voir aussi : quand arriveront les premiers forfaits mobiles 5G ?

Partagez !

Forfait SFR

À lire aussi

Donnez votre opinion : commentez !

avatar