Téléphonie Mobile

Il fait bon être une entreprise de télécommunications européenne en ce moment. Le géant finlandais Nokia vient d'obtenir un prêt à neuf chiffres auprès de la Banque européenne d'investissement (BEI). 500 000 000 euros pour accélérer le développement de la 5G, c'est le pari entrepris par l'Europe et Nokia, afin de ne pas se laisser distancer par les concurrents sur le marché. Huawei est le principal rival, et n'inquiète pas seulement les Américains et les Australiens, mais également les Européens. Pour d'autres raisons, majoritairement économiques cette fois, l'Europe souhaite être au devant de cette technologie du futur. Ce n'est pas le premier prêt conséquent qu'accorde la BEI à un équipementier européen. Il y a quelques mois, le suédois Ericsson avait obtenu 250 millions d'euros en vue de la Recherche et Développement de la 5G. Pour Nokia, l'Europe double donc la mise.

Plan Juncker : l'Europe prête 500 millions d'euros à Nokia pour développer la 5G

Lundi 27 août, la Banque européenne d'investissement a annoncé avoir accordé un prêt de 500 millions d'euros à l'équipementier Nokia. L'objectif est de permettre au Finlandais d'accélérer la Recherche et Développement de la 5G. Ceci, en accord avec le Plan Juncker ou plan d'investissement pour l' Europe.

Quels sont les termes du prêt contracté par Nokia auprès de la BEI ?

Nokia est un important équipementier, présent en Europe, mais également dans d'autres régions du monde. Il est à même de fournir les technologies 5G matérielles et logicielles, avec un réseau de bout en bout. D'après les termes de l'accord avec la BEI, ce prêt de 500 millions d'euros prolonge le profil de maturité de la dette de Nokia à une maturité moyenne d'environ cinq ans après le décaissement. Celui-ci peut intervenir à tout moment au cours des 18 mois à venir. Le directeur financier de Nokia, Kristian Pullola, a déclaré :

Nous sommes ravis d’obtenir cet engagement de financement de la BEI, qui partage notre vision de la nature révolutionnaire de la 5G – et le constat que cette révolution est déjà en cours. Ce financement renforce nos efforts de recherche dans le domaine de la 5G et poursuit l’élan plus large que nous avons déjà connu cette année en termes de gains de clients et de premières avancées en matière de développement.

directeur nokia 5G

Kristian Pullola est le directeur financier de Nokia.

À voir aussi : où en est la couverture 4G des opérateurs français ?

L'Europe mise sur Nokia pour contrer la Chine et percer le marché américain

Face à la Chine et aux États-Unis, l'Europe ne peut se permettre de prendre du retard dans la mise en place de cette technologie. Les enjeux financiers et stratégiques sont trop importants. Si les investissements se comptent en milliards, il en va de même pour les profits à venir. Pour contrer l'avancée de Huawei ou encore des opérateurs américains, l'Europe n'hésite pas à multiplier les investissements. Le 31 mai 2018, la BEI avait annoncé avoir accordé un prêt similaire au Suédois Ericsson, pour un montant moindre : 250 millions d'euros.

Alors que Huawei peine à s'imposer aux États-Unis, en raison de ses potentiels liens avec le gouvernement chinois, Nokia réussit à s'implanter dans le marché américain. L'entreprise vient de signer un contrat de 3,5 milliards de dollars avec T-Mobile dans le but d'aider au développement de la 5G aux États-Unis. Nokia se chargera de fournir les technologies 5G matérielles et logicielles à l'opérateur.

500 millions d'euros, une broutille : la 5G devrait rapporter 225 milliards d’euros par an d'ici 2025

Prévue pour l'année 2020, la 5G est surnommée “la technologie du futur”. La cinquième génération de réseaux mobiles – qui prendra le relais de la 4G – nous ouvrira les portes d'un nouveau monde, ultra-connecté. Telle est la promesse des équipementiers, opérateurs et autres acteurs du secteur des télécommunications. Augmenter la vitesse de connexion à Internet des appareils mobiles n'est pas la priorité ultime. La 4G est déjà assez rapide pour cela. Le défi de la 5G est de lier tous les objets connectés entre eux. Les secteurs concernés sont nombreux : domotique, voitures autonomes connectées, médecine à distance, réalité augmentée, réalité virtuelle, etc. La 5G demande des investissements colossaux, mais les bénéfices attendus seront plus importants encore.

La 5G est le réseau du futur.

Les évolutions attendues de la 5G : une connexion ultra-rapide pour 2020.

Une étude de HIS Markit, une entreprise américaine d'information économique, révèle que la 5G rapportera pas moins de 12 000 milliards d’euros de profits. Elle prévoit aussi la création de 22 millions d’emplois dans le monde. La course à la 5G prend tout son sens. Pour l'Arcep, le gendarme français des télécoms, d'ici 2025, la 5G rapportera pas moins de 225 milliards d'euros par an d'ici. C'est du moins ce que l'Arcep rapporte dans son rapport du mois de mars 2017 à propos des enjeux de la 5G (page 21).

La perspective d’importantes retombées socio-économiques (revenus possibles liés à la 5G s’élevant à près de 225 milliards d’Euros/an d’ici 2025) ainsi que la volonté de nombreux pays d’affirmer leur leadership technologique et d’améliorer la compétitivité de leurs entreprises ont engendré une multitude d’initiatives publiques visant à inciter, partout dans le monde, l’écosystème mobile à engager les travaux et les investissements nécessaires pour motiver une arrivée rapide des premiers réseaux 5G.

À voir aussi : quand arriveront les premiers forfaits 5G en France ?

Partagez !

Forfait SFR

À lire aussi

Donnez votre opinion : commentez !

avatar