Téléphonie Mobile

En 2018, tous les citoyens français n'ont pas accès au réseau mobile haut débit. Ces habitants habitent des zones que l'on nomme “blanches”. Le gouvernement français est parti en guerre contre ces zones qui participent à la fracture numérique. Où en est-on du déploiement du réseau mobile et de l'Internet fixe en France ? Généralement, les zones blanches correspondent à des zones peu densément peuplées, et / ou difficiles d'accès. Dans ces aires géographiques, le déploiement du réseau 4G, ou de l'Internet fixe, n'est pas rentable pour les opérateurs. C'est la raison pour laquelle ils n'y installent pas leurs infrastructures. La situation est cependant en train de changer, et notamment dans le village de Sousceyrac. Où en est la lutte contre les zones blanches ? Qu'en pensent les personnes touchées par l'électrosensibilité ?

La fin des zones blanches en France : les efforts des opérateurs de téléphonie

Les zones blanches correspondent à des aires géographiques dans lesquelles le réseau mobile est de très mauvaise qualité, voire inexistant. Le gouvernement français est parti en guerre contre elles, en annonçant leur disparition prochaine. Concrètement, le déploiement progresse, et les élus locaux rencontrent les professionnels du secteur afin de mettre en place une stratégie, comme c'est le cas à Sousceyrac. Qu'est-ce qu'une zone blanche, et comment le déploiement progresse-t-il ?

Que sont les zones blanches, et pourquoi doivent-elles disparaître ?

Dans les zones blanches, il est impossible de capter un bon réseau mobile haut débit, et parfois même, impossible de capter un réseau mobile tout court. On emploie également ce terme pour l'Internet fixe. Dans ce cas, une zone blanche est un endroit dans lequel il est impossible d'obtenir une bonne connexion à Internet. Généralement, les zones blanches correspondent à des territoires peu densément peuplés, et difficiles d'accès. Historiquement, dans ces aires, le déploiement d'infrastructures servant à propager le réseau mobile, ou l'Internet fixe, n'était pas rentable pour les opérateurs. Ces derniers ont donc mis de côté ces zones, créant au passage une véritable fracture numérique.

couverture réseau 4G France zones blanches

Le déploiement de la 4G se poursuit en France, et les opérateurs font des efforts pour couvrir un maximum de territoire.

Le gouvernement a donc décidé de s'attaquer à ce problème, qui pose de véritables questions de fond concernant l'accès à l'Internet mondial, et au réseau mobile. Des accords ont ainsi été passés entre l'Arcep, autorité que l'on surnomme le gendarme des télécoms, le gouvernement, et les différents opérateurs. Ces derniers se sont ainsi engagés à déployer la 4G dans plus de 10 000 communes, d'ici 2020. Le déploiement a démarré, et des rendez-vous sont pris entre les différents acteurs afin de discuter des différentes étapes à mettre en place. C'est notamment le cas dans la commune de Sousceyrac.

À voir aussi : pour profiter du réseau 4G, quel est le meilleur forfait mobile en promotion du moment ?

À Sousceyrac, la fin d'une zone blanche se concrétise

Les annonces du gouvernement, et les accords trouvés, ne sont pas des coups d'épée dans l'eau. Les effets sont bel et bien concrets, et des mesures sont prises pour lutter contre les zones blanches. À Sousceyrac, les élus locaux ont ainsi rencontré, ce jeudi 25 octobre, les opérateurs de téléphonie chargés de construire trois pylônes destinés à couvrir la commune. Le but de cette rencontre a été de définir l'agenda du projet.

Dans un premier temps, trois sites par zone de construction seront étudiés par drone, afin de déterminer lequel est le mieux adapté. Ensuite, un retour radio sera opéré sur les lieux d'étude. Il s'agit d'un test de faisabilité, qui a pour but de confirmer la préqualification de la couverture téléphonique mobile. Suite à cela, un dossier d'informations sera mis à la disposition des administrés, pendant deux mois. L'étape d'après et le dépôt du permis de construire, pour un début de travaux prévu au dernier trimestre de 2019. La disparition des zones blanches est une bonne nouvelle, qui permettra de supprimer la fracture numérique française. Tout le monde n'est cependant pas de cet avis.

Que pensent les électrosensibles de la fin des zones blanches ?

Pour une majorité de citoyens français, vivre dans une zone blanche est une contrainte, qui n'a pas été choisie. Il existe cependant des personnes qui courent après ces endroits dépourvus d'ondes électromagnétiques. Il s'agit des citoyens se décrivant comme électrosensibles. Qu'est-ce que l'électrosensibilité ? Les personnes électrosensibles sont en réalité particulièrement sensibles aux ondes électromagnétiques, comme celles servant à propager le réseau mobile 4G.

Pour ces personnes, l'exposition à ces ondes entraîne différents types de symptômes :

  • rougeurs ;
  • picotements et sensations de brûlure ;
  • fatigue, vertiges, nausées ;
  • palpitations et troubles de la digestion.
Electrosensibilité problème en France

Les personnes électrosensibles sont particulièrement vulnérables aux ondes électromagnétiques, comme celles du réseau mobile.

Bien que les études traitant de l'électrosensibilité soient pour le moins contestées, ces symptômes sont bien réels pour de nombreux citoyens français. Pour ces personnes, les zones blanches ne sont pas des endroits à fuir, bien au contraire. La fin annoncée de ces zones dépourvues d'ondes électromagnétiques est dramatique pour cette catégorie de population.

Si les symptômes existent bel et bien, l'Organisation Mondiale de la Santé a du mal à établir un réel lien de causalité entre ces symptômes et l'exposition aux champs électromagnétiques. Les études tentant de prouver que les personnes électrosensibles savent distinguer un champ électromagnétique réel ou simulé ne sont par ailleurs pas reproductibles, ou le fruit de méthodologies bancales. Le mystère reste donc entier concernant l'électrosensibilité et les mesures que le gouvernement pourrait mettre en place pour protéger ces personnes, qui souffrent réellement de symptômes incapacitants.

Partagez !

Forfait SFR

À lire aussi

Donnez votre opinion : commentez !

avatar