Free Mobile

En cinq ans, le paysage de la téléphonie mobile a été redéfini en France. Cela est dû à l’arrivée sur ce marché de Free Mobile.

Alors que l’opérateur ne propose toujours à l’heure actuelle que ses deux forfaits traditionnels, il a réussi à s’implanter durablement aux côtés des trois géants que sont Orange, SFR et Bouygues Télécom. Malgré des difficultés vis-à-vis de son réseau 4G, Free Mobile a encore récemment imposé un nouveau standard. Ainsi, si le tout illimité (appels, SMS et MMS) était déjà une exception française, il faut maintenant compter sur des offres avec forfait en tout illimité.

Free Mobile : une conquête de la France déjà réussie

C’est en 2012 qu’ont été lancées les offres Free Mobile. Le but étant simple : faire trembler et dépasser les opérateurs déjà en place. Si Xavier Niel doit encore réussir à remonter dans le classement la quatrième place, il ne risque pas de redescendre dans le classement. Et même si les trois opérateurs que sont Orange, SFR et Bouygues Télécom résistent toujours à Free Mobile, le célèbre opérateur sans engagement a clairement changé le monde de la téléphonie mobile.

Free a mis en place son forfait proposant le tout illimité et, à l’époque, 50 Go de données mobiles, pour un prix extrêmement compétitif de 19,99 euros. Et cela sans aucun engagement de durée. Les exigences des Français ont alors été changées de manière durable. Suite à cela, les opérateurs déjà en place ont naturellement dû s’adapter pour rester concurrentiels. Une baisse des prix a alors commencé, et chacun en est venu à proposer ses propres forfaits sans engagement de durée.

Orange a par exemple lancé Sosh dès la fin 2011 en prévision de l’arrivée de Free Mobile, de même que SFR a lancé la gamme RED by SFR à la même époque. Mais c’est bien Bouygues Télécom qui a lancé le mouvement en juillet 2011 avec les forfaits B&You.

En moins de 6 ans, les forfaits sans engagement que nous connaissons aujourd'hui ont gagné le cœur et les téléphones de deux Français sur trois. Et malgré des débuts difficiles liés à des problèmes de réseau 4G, Free Mobile a non seulement changé les choses, mais est resté un opérateur avec lequel il faut compter.

Drapeau Italien

L'Italie s'apprête à accueillir Free Mobile.

L’Italie, un marché à concurrencer

Maintenant que Free Mobile est bien en place en France, Xavier Niel vise un autre marché, de l’autre côté des Alpes : l’Italie. Comme en France avant cette arrivée, l’Italie compte trois opérateurs de téléphonie mobile : Vodafone, Telecom Italia et Wind-Tre Italia. Et comme en France il y a 6 ans, le tout illimité n’est pas une norme et n’est présent que dans relativement peu d’offres. Les conditions semblent donc idéales pour reproduire ce qui a été fait de notre côté du Mont Blanc. Du moins en apparence.

Une différence de fonctionnement dans les contrats

En réalité, les choses risquent d’être plus difficiles qu’il n’y paraît. L’Italie n’est pas la France, et les opérateurs de la botte ont un mode de fonctionnement différent. Premièrement, il y a une histoire de marge réalisable. En France, un opérateur pouvait, et peut encore, se permettre de prendre des marges relativement importantes. C’est ce qui a permis à Free Mobile de réussir à s’imposer : l’opérateur a proposé des prix cassés en profitant de moindres marges. Naturellement, pour maintenir la concurrence, les autres opérateurs ont également dû baisser autant leurs prix que ces fameuses marges.

La situation est différente en Italie. De base, les opérateurs en place ne peuvent se permettre de profiter de grandes marges. Et Free Mobile sera soumis aux mêmes conditions que les autres. Dès le départ, tous devront donc jouer sur un même pied d’égalité. Ainsi, une baisse de la moyenne des prix des offres mobiles est actuellement difficile à envisager en Italie.

L'impossibilité de mettre en place des bornes automatiques

Le deuxième défi que devra surmonter Free Mobile, c’est de convaincre les Italiens de changer d’opérateur. Cela risque d’être compliqué du fait qu’il sera difficile d’être compétitif. Mais il faut également prendre en compte que les bornes automatiques installées en France ne pourront pas être implantées en Italie. En raison de la politique antiterroriste du pays, chaque nouveau souscripteur à un forfait mobile doit présenter une pièce d’identité.

Free pourra probablement réussir, à terme, à s’implanter. Mais cela risque d’être plus long qu’en France, et les 25% de parts de marché visées devront certainement être revues à la baisse.

Xavier Niel

Xavier Niel, le fondateur de Free Mobile.

Les forfaits proposés par Free

L’opérateur mobile propose actuellement deux forfaits en France. Le premier est à 2 euros. Il inclut 2h d’appels, les SMS et MMS illimités ainsi que 50 Mo de données en 4G. Le second forfait est celui à 19,99 euros. Il propose le tout illimité ainsi que 100 Go de données en 4G. Ces données sont également en illimité pour les abonnés à la box de Free. Ceux-ci bénéficient également d’un prix réduit à 15,99 euros par mois sur leur abonnement.

La question est maintenant de savoir si ces deux offres mobiles seront les mêmes en Italie. Pour l’offre à 19,99, il faut imaginer une quantité de données moindre dans un premier temps si l’opérateur souhaite ne pas réitérer les surcharges de réseau et les ralentissements qu’il a connu dans un premier temps en France. Gageons que Xavier Niel a appris de ses erreurs et ne commettra pas les mêmes.

Partagez !

Forfait B&YOU

À lire aussi

Donnez votre opinion : commentez !

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments