Free Mobile

Les choses vont très vite sur Internet. Le moindre mot, le moindre chiffre et le moindre mouvement s'avèrent scrutés et interprétés. Quelques fois, on a de solides révélations. Le plus souvent, cela débouche sur des rumeurs plus ou moins folles, trop souvent prises pour des vérités par certains lecteurs. L’une des dernières en date concerne Xavier Niel et Free. Les derniers chiffres de l’opérateur et FAI ne sont pas aussi bons qu'ils ont pu être par le passé. Free a perdu des abonnés et son action a connu des baisses majeures. Il n’en fallait pas plus pour affoler la toile. Pourtant, la société d’Iliad se porte sans doute mieux qu’on ne le pense.

Pertes de clients et baisse de l’action :  les revers de Free et la position de Xavier Niel

En début de semaine, Free publiait ses résultats trimestriels. On y découvrait un opérateur plus mal qu’il n’en avait l’habitude. Quelques mots de Xavier Niel plus tard, les idées de rachats, de cession et de départ commençaient à germer. Il faut dire que lesdits mots de monsieur Niel s’avèrent fertiles pour ce genre de spéculation. Il aurait affirmé à des analystes qu’il « restait ouvert à une offre » et qu’il « ne faut jamais dire jamais ».

Xavier Niel, vice président de Free.

Xavier Niel, vice-président d'Iliad, maison-mère de Free, reste ouvert aux offres.

Xavier Niel prêt à vendre Free ? Une interprétation appelée à être faite et à circuler par ces mots. Si l’on ajoute à cela les rumeurs nombreuses de retour à trois opérateurs, on peut tirer des conclusions plus folles encore. Et si Orange, SFR ou Bouygues Télécom rachetait Free ? Le modèle économique imposé par ce dernier pourrait disparaître, et le prix des abonnements connaitrait une augmentation, surtout concernant la téléphonie mobile. Du côté des offres fixes, Free ne s’est pas révélé un si grand perturbateur.

Toujours pour alimenter cette idée que Free pourrait être racheté par une autre société, il faut aussi avoir en tête les chiffres de la bourse. L’action d’Iliad est au plus bas, et pour de nombreuses personnes, ce n’est pas un bon signe. Pour d’autres, c’est l’occasion d’en acheter en attendant une remontée de ladite action. Mais cela veut dire que les actionnaires ne font actuellement plus confiance en l’entreprise. Faut-il en déduire une chute brutale pour Free ? Loin de là. Les interprétations semblent acceptables étant donné les faits présentés. Toutefois, sont-ce les seuls éléments à prendre en compte ? Pas nécessairement.

À voir aussi : Free mobile prolonge son offre mobile 60 Go à 8,99€ par mois.

Nouvelle stratégie et marché Italien : vers une transformation de Free mobile ?

Revenons un instant sur les chiffres du dernier bilan de Free. On parle de perte de clients sur une période de 6 mois. On peut afficher une perte ou une augmentation à volonté en modulant la période choisie. Avant de tirer des conclusions, il faut attendre de voir si la tendance se confirme. D’autant plus que les deux derniers mois concernés, les recrutements sont, comme l’a évoqué Free, redevenus positifs.

Free Mobile en Italie.

Free mobile propose aussi des forfaits en Italie. Une stratégie qui porte ses fruits.

Même en considérant la perte nette de 70 000 abonnés mobiles, Free voit tout de même son chiffre d’affaires profiter de 2,4% de croissance. L’opérateur a moins d’abonnés, mais des abonnés qui rapportent plus sans doute. Certes, les chiffres restent globalement mitigés, mais ils ne sont pas pour autant mauvais. Free est en plus très peu endetté en comparaison de ses concurrents. Ajoutez à cela un lancement italien qui a parfaitement fonctionné, et on comprend vite que non, l’opérateur n’est pas en péril du tout.

Par ailleurs, pour palier la perte d’abonnés, il y a d’autres solutions que la vente. On peut aussi simplement réfléchir à une nouvelle stratégie. L’opérateur s’apprête notamment à lancer sa Freebox V7, qui devrait être annoncée d’ici quelques semaines tout au plus. En plus de cela, l’opérateur de téléphonie mobile affiche une offre en plus de ses deux forfaits déjà existants. Il s’agit d’une promotion qui a déjà été prolongée par deux fois. On pourrait envisager l’apparition d’un troisième forfait qui se placerait entre les deux offres habituelles.

Plus qu’un rachat de Free, il faut davantage envisager une transformation de l’opérateur. L’affaire reste à suivre, il est tout de même difficile de déterminer ce qui peut effectivement advenir par la suite. Xavier Niel n'a de toute façon pas le dernier mot, n'étant “que” vice-président d'Iliad.

Partagez !

Forfait SFR

À lire aussi

Donnez votre opinion : commentez !

avatar