Free Mobile

Free met tous les atouts derrière lui pour mener l'actualité de cette fin d'année. Cette fois, l'opérateur mobile fait parler de lui pour avoir bloqué l'utilisation de 300 000 téléphones portables. Ceux-ci, loués auprès de lui, ne lui avaient jamais été restitués. Pour une fois, on ne parlera pas de la Freebox V7, toujours attendue mais jamais annoncée. Les résultats décevants de la filiale d'Iliad durant ce dernier trimestre 2018 restent également hors de cause. L'image publique de Free risque cependant d'en prendre à nouveau pour son grade, puisque les détenteurs des terminaux nomades bloqués sont généralement innocents dans cette histoire. Les clients, ainsi que les autres opérateurs, sont les premiers à être punis par cette décision de Free Mobile, qui confirme son statut de “trublion de la téléphonie mobile”.

300 000 téléphones portables bloqués par Free Mobile : utilisateurs et opérateurs surpris

Rappelons, pour mieux comprendre les tenants et les aboutissants de cette affaire, que Free Mobile ne propose pas l'achat subventionné de forfaits. Contrairement à la concurrence, l'opérateur ne fait que mettre en avant la location de smartphones. Aussi, les clients font l'acquisition d'un portable pendant deux ans, avant d'avoir à le rendre à Free Mobile. Ils peuvent, le cas échéant, poursuivre l'adhésion, avec un engagement de deux ans.

Le seul problème, c'est que les portables ne lui sont pas systématiquement rendus. Comme en fait état l'information de ce jour, certains petits malins, la souscription dépassée, auraient vendu les terminaux nomades sur des sites de particuliers à particuliers, comme Le Bon Coin. De fait, les propriétaires actuels utilisaient les téléphones avec des forfaits d'autres opérateurs ; alors alertés, c'est à ces firmes concurrentes qu'il revient de bloquer l'utilisation des smartphones. Provoquant, à juste titre, l'ire de leurs abonnés, et l'incompréhension des pairs d'Orange, Bouygues Telecom, et SFR, entre autres.

Xavier Niel, dirigeant de Free Mobile, a radié 300 000 smartphones.

Xavier Niel laisse libre cours à sa colère suite à la non-restitution de 300 000 portables loués en croquant une Freebox. Cette technique est également conseillée par de nombreux professionnels auprès de ceux qui attendent la Freebox V7 depuis trop longtemps.

L'un d'entre eux admet que la pratique est constante chez Free Mobile, mais jamais dans ces proportions-là. “On gère au maximum quelques centaines de demandes de blacklistage par mois, on ne comprend pas pourquoi l'opération de Free a été aussi soudaine et volumineuse“. Le système informatique, peu adapté pour traiter de si gros volumes d'information, peine alors à bloquer rapidement les terminaux nomades.

Comment un opérateur téléphonique peut-il bloquer un smartphone ?

La GSM Association représente près de 800 opérateurs téléphoniques, répartis dans plus de 220 pays à travers le Globe. Elle diffuse la liste des terminaux nomades à bloquer, une fois que l'un de ses adhérents, Free en ce cas, l'alerte à cet égard. De fait, chaque compagnie de télécommunications accède à une liste des smartphones à bloquer impérativement, et doit s'exécuter. Le problème, ici, c'est que la majorité des portables loués ne l'ont pas été par les présents propriétaires.

La GSMA défend les intérêts des opérateurs, dont Free Mobile.

La GSMA est l'organisme qui représente près de 800 opérateurs téléphoniques à travers le monde. Free l'a alerté pour bloquer les terminaux mobiles loués et non-restitués.

Pourquoi Free Mobile aurait-il trop tardé à signaler ces téléphones circulant illicitement dans la nature ? L'article du Journal du Dimanche avance, à cet effet, trois arguments. Le premier est inhérent à l'activité judiciaire de l'opérateur. Après avoir gagné un premier procès contre SFR, accusé de pratiquer un crédit à la consommation déguisé à travers ses forfaits subventionnés, Free Mobile s'attaque désormais à Orange. C'est au moment d'envisager cette action judiciaire que l'opérateur aurait souhaité nettoyer son parc de téléphones loués précédemment, et non-restitués.

Une autre thèse avance que Free Mobile songerait à un nouveau mode de règlement pour les téléphones portables mis en avant sur sa boutique. Les propos de Xavier Niel, le dirigeant d'Iliad, confirmerait cette hypothèse. “On a besoin d'aller toucher les consommateurs en leur rendant accessible la possibilité d'acheter des terminaux à 1.000, 1.500 euros. On a une idée que l'on espère être la bonne et on travaille dessus.” L'arrivée d'un nouveau mode de règlement, plus adapté aux clients, est donc fortement suggérée. Occasion pour laquelle, préalablement, Free Mobile aurait procédé aux 300 000 radiations des terminaux nomades.

À voir aussi : un forfait pas cher chez Free Mobile, avec 60 Go de 4G pour 8,99€.

Free Mobile, une trajectoire proche de SFR l'an passé

Indéniablement, la trajectoire de Free dans son ensemble fait penser à celle de SFR, à peine douze mois plus tôt. À l'hiver 2017, l'opérateur au carré rouge était dans la tourmente : gronde des abonnés, fuyant ses services, suppression de 5000 postes, révision de ses formules d'abonnement box internet et mobile, pannes régulières de ses réseaux mobiles et fixes, dégringolade du chiffre d'affaire. Le temps n'était pas au beau fixe, et semble se gâter de jour en jour, désormais, pour Free.

SFR, concurrent de Free Mobile, doit bloquer des smartphones.

L'hiver dernier, c'était SFR qui se trouvait dans la tourmente à la place de Free.

Cela fait dix ans désormais que les aficionados de la firme attendent sa nouvelle box internet, annoncée comme révolutionnaire. Cette fin d'année a été chargée en actualité à cet égard, sans toutefois qu'une annonce ne soit officialisée. Parallèlement, les chiffres liés au troisième trimestre de la compagnie sont décevants. Le CA baisse inexorablement, dû aux offres promotionnelles de Free pour endiguer la fuite des adhérents. Les offensives judiciaires de Free à l'égard de la concurrence, SFR et Orange en tête, sont une mesure de protection.

Heureusement, en terme d'image publique, Free Mobile peut toujours compter sur SFR. L'opérateur au carré rouge souhaite sûrement conserver sa réputation de pire opérateur mobile de France, comme en témoigne son actualité récente. SFR aurait ainsi demandé la restitution de 17 000€, au titre de sommes trop perçues par les anciens employés lors de la suppression des postes mentionnées plus tôt, il y a un an.

À voir aussi : des box internet en promotion chez Free, en fibre optique ou ADSL.

Partagez !

Forfait B and YOU

À lire aussi

Donnez votre opinion : commentez !

guest
2 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
HURST
Invité
HURST

Free m’a bloqué il y 4 jours mon téléphone portable acheté dans une grande
surface CORA j’attends qu’il me le débloque après l’envoie en AR des documents demandés. Je trouve inadmissible cette façon de faire, ce
téléphone m’appartiens et j’ai toujours payé mes abonnements.
Je suis dégoutée et ne comprends pas comment un opérateur peut
faire n’importe quoi sans contrôle en France.
J’espère récupérer mon téléphone de moins d’un an à 420€.

Cordialement
HURST Chantal