SFR

Ce jeudi 9 mars, l’Autorité de la Concurrence a déclaré avoir infligé à SFR une amende de 40 millions d’euros. La cause ? Un non-respect de ses engagements. Et ce n’est pas la première fois que cela arrive.

Une période sombre pour SFR

En 2014, SFR a été racheté par Numéricâble. Des engagements ont alors été pris, mais ceux-ci n’auraient pas été pleinement respectés, ce qui a amené  l’Autorité de la Concurrence à infliger une amende lourde au groupe d’Altice.

Pour rappel, le 9 novembre 2010, Bouygues Télécom et le carré rouge signent le contrat Faber : ils cofinancent des raccordements à la fibre et le projet est piloté par SFR. Avec le rachat en 2014, il s’agissait de s’assurer que SFR tiendrait ses engagements. Sauf que SFR a l’exclusivité sur les câbles coaxiaux utilisés pour les raccordements FttB (Fiber to the Building, la fibre aux pieds de l’immeuble). SFR devait donc, par engagement, permettre à Bouygues Télécom d’utiliser ces câbles pour son propre réseau.

Des engagements non respectés ?

En 2014, Numéricâble a racheté SFR pour mieux rivaliser avec Bouygues Télécom. L’Autorité de la Concurrence, qui comme son nom l’indique régule la concurrence entre les entreprises sur le marché, a alors donné à Numéricâble-SFR des conditions à respecter. Il s’agissait  de condition sur le déploiement de la fibre à finaliser et devant permettre à Bouygues Télécom, qui a cofinancé ces raccordements, d’en profiter. Il était également question de la maintenance de ce réseau, toujours pour aider Bouygues Télécom.

Le 9 mars, l’Autorité de la Concurrence a déclaré avoir constaté que ces engagements n’avaient pas été respectés. Une amende de 40 millions d’euros a donc été annoncée.

L’Autorité de la Concurrence accuse le groupe d’Altice de n’avoir pas effectué près de 58 % des raccordements prévus. SFR a déclaré avoir rencontré de nombreux problèmes techniques, mais encore une fois, l’autorité affirme qu’il manque des éléments pour pouvoir en juger. Le groupe est également accusé de n’avoir pas effectué une maintenance suffisante des lignes déjà en place. En particulier, les maintenances n’auraient pas été effectuées sur les lignes utilisées par Bouygues Télécom, SFR se réservant l’utilisation des lignes modernisées.

Amende pour SFR, réjouissances pour Bouygues

Pas une première amende pour SFR

En 2014, le groupe recevait déjà une amende de 80 millions d’euros. Cette fois, il ne s’agissait pas de non-respect d’engagement. En réalité, Altice avait entamé la procédure de fusion avec Numéricâble et Virgin avant d'en avoir reçu le feu vert.

SFR ne voit là que la suite de ses déboires. Peut-être n’est-ce, au final, que la suite logique des choses. Quoiqu’il en soit, avec cette nouvelle amende, le problème du grand nombre de litiges et la diminution brutale du chiffre d’affaires, SFR connaît de plus en plus grandes difficultés.

Cependant, si SFR n’a pas contesté l’amende de 2014, la situation n’est pas la même aujourd’hui. Le groupe proteste contre ce qu’il considère être une accusation à charge sans aucun fondement. A l’heure actuelle, un délai de douze mois lui est accordé pour tenir ses engagements (en plus de l’amende). Au terme de ces douze mois, SFR pourrait perdre ses autorisations d’opération, et peut-être plus, si les engagements du contrat Faber et les conditions de 2014 ne sont toujours pas respectés.

Partagez !

Forfait SFR

À lire aussi

Donnez votre opinion : commentez !

avatar