Comment protéger son Windows Phone contre le piratage ?

Dernière mise à jour : 13 juillet 2017
Sommaire

La pratique du piratage de téléphones mobiles est de plus en plus courante. Appelé phreaking, la téléphonie est sujette à ce type d’acte depuis qu’elle est devenue un phénomène de masse. Avec l’avènement de la téléphonie mobile et, en 2007, des smartphones, le phreaking a su évoluer. Tous les actes que l’on peut qualifier de piraterie sur les smartphones ne sont pas malveillants. Quand l’un de vos proches emprunte votre smartphone sans votre autorisation, il s’agit, techniquement, de piratage. Pourtant, il ne vous veut aucun mal. Ainsi, le piratage d’un appareil téléphonique, c’est le fait d’y accéder sans l’autorisation du propriétaire de l’appareil. Les techniques de piratages sont connues, et par chance, il existe plusieurs moyens de s’en prémunir.

Les actes de piratage de votre Windows Phone : comment, quoi, et pourquoi ?

Il y a diverses raisons qui peuvent pousser un pirate à s’introduire dans un Windows Phone. Ceux-ci sont reliés au compte Microsoft de leur utilisateur. Accéder au Windows Phone, c’est donc accéder à une certaine quantité d’informations que l’on ne souhaite pas nécessairement divulguer. Par ailleurs, pirater un smartphone, c’est aussi avoir accès à tout son contenu : applications, agenda, messagerie, ou encore le web.

Ce que peut faire un pirate sur votre Windows Phone

L’accès au web sur un Windows Phone piraté peut être dangereux puisque le pirate, si l’appareil n’est pas correctement protégé, peut avoir accès à tous les sites web consultés, sur le compte personnel de l’utilisateur piraté. Le danger est alors que le pirate en profite pour avoir une activité indésirable sur les réseaux sociaux par exemple. Il peut publier des statuts donnant une mauvaise image de leur auteur. Il peut aussi naviguer sur des sites dangereux pour votre smartphone, car porteurs de virus. Comme il peut potentiellement récupérer vos identifiants, dont votre adresse mail, le pirate peut créer des comptes sur des sites compromettants. Cela peut entraîner la saturation de la boîte mail, la dégradation de votre réputation, des virus sur le Windows Phone ou encore, cela peut aller jusqu’à du chantage.

Outre ces actions, le pirate peut également récupérer un grand nombre d’informations personnelles. Cela passe par le contenu de votre liste de contact à votre agenda, en passant par le connu, nous l’avons évoqué, de vos messages, SMS ou mails. Il s’agit là de fortes intrusions dans la vie privée. Avec les bonnes informations, un pirate peut déterminer vos heures de présence et d’absence à votre domicile, ainsi que l’adresse et le numéro de téléphone de celui-ci. Sans que vous ne vous en rendiez compte, un pirate peut également utiliser votre numéro de téléphone pour passer des appels. Le problème, c’est quand il s’agit d’appels vers l’étranger, non couverts par votre forfait.

Piratage Windows Phone

Piratage d’un Windows Phone

En résumé, un pirate peut :

  • récupérer des informations personnelles
  • récupérer vos identifiants de sites internet
  • placer des virus
  • espionner vos conversations (vocales ou textuelles)
  • accéder à vos comptes de réseaux sociaux
  • envoyer de faux messages
  • passer des appels

Et la liste n’est, hélas, pas exhaustive. Elle permet cependant de se rendre compte des risques encourus.

Comment peut s’y prendre un pirate pour pénétrer votre Windows Phone ?

Une des meilleures façons de contrer une attaque, c’est de savoir comment celle-ci se présente. Il est possible de distinguer deux grands types d’approches de piraterie : attaque de proximité, et attaque à distance. Une attaque de proximité, c’est le simple fait d’avoir le Windows Phone attaqué entre ses mains pour le pirater. L’attaque à distance, c’est le passage par les réseaux sans fil et internet. Si cette deuxième option semble la plus, il ne faut pas sous-estimer les risques liés à la première.

Pour un pirate, il est bien plus simple de prendre des informations directement sur le smartphone s’il peut y accéder. Et généralement, une fois dessus, il est facile de prendre les informations voulues. Il bien comprendre qu’un téléphone volé est très certainement un téléphone piraté. Cependant, que ce soit par accès proche ou distant, il existe des méthodes pour se prémunir des attaques en tous genres.

Comment se prémunir des attaques de pirates sur son Windows Phone ?

Il a été dit que les Windows Phone étaient les smartphones les plus difficiles à pirater. Cela est dû au fait qu’il n’y a pas de chemin détourné pour accéder au système. Même si cela est vrai, il reste des cibles. Les Windows Phone étant les smartphones les moins répandus, loin derrière les appareils Android et iOS, ils sont moins visés. Mais ils restent ciblés.

Garder son Windows Phone a portée de main, et de regard

Le premier réflexe à avoir, c’est de garder son appareil sous la main. Il faut pouvoir s’en saisir rapidement, et surtout, toujours savoir où il est. C’est pour cela que dans l’idéal, mieux vaut ne pas l’enlever de sa poche fermée. Durant les événements sociaux, il est facile de n’avoir plus l’attention sur son Windows Phone. Quelqu’un peut alors s’en saisir et y accéder facilement. C’est aussi pour cela qu’il faut avoir un bon mot de passe, et ne le communiquer à personne. Surveillez également vos notifications pour voir si vos comptes n’ont pas été piratés.

Gérer ses mots de passe et identifiants

La première chose à faire est de choisir un code PIN solide et un mot de passe aussi complexe que possible. Qui dit complexe ne veut pas dire difficile à retenir. Cependant, il y a des astuces à suivre :

  • ne pas choisir une date liée à un proche (type date de naissance),
  • ne pas mettre deux chiffres qui se suivent (type 1234),
  • ne pas mettre une suite de chiffres uniques (type 0000 ou 7777),
  • ne pas mettre une suite logique (type 2468).

Aussi pénible que cela soit, il faut mettre un mot de passe à chaque fois que cela est possible, et de préférence, un mot de passe différent.

Dans la même idée, il ne faut pas que votre appareil mémorise vos identifiants. Préférez les retaper à chaque fois. C’est certes contraignant, mais ce n’est ensuite qu’une question d’habitude. Ne notez pas vos identifiants et mots de passe sur votre Windows Phone. Si laisser l’appareil les mémoriser, c’est comme laisser la clef sur la porte, les noter, c’est la ranger sous le tapis.

Virus sur Windows Phone

Virus sur Windows Phone

Limiter les connexions sans fil

Les réseaux sans fil libres et gratuits sont une invitation aux pirates. Cela est autant valable pour les réseaux Wi-Fi et le Bluetooth. Les réseaux gratuits sont généralement très peux sécurisés. Il faut savoir que toutes les données présentes sur un réseau sont accessibles par toutes les personnes connectées à ce réseau. Il vaut donc mieux privilégier la 4G et éviter de se connecter à ceux-ci. C’est pourquoi il ne faut pas activer la recherche et la connexion automatique aux réseaux de son Windows Phone.

Trier les messages reçus sur son Windows Phone

Ici, la consigne est simple. Si l’expéditeur d’un message, que ce soit un mail ou un SMS, n’est pas connu ou est douteux, mieux vaut ne pas ouvrir le message. Ce dernier peut être le véhicule d’un virus ou d’une tentative de phishing. Il peut également s’agir d’un faux message d’un véritable organisme (opérateur, impôt, caf) demandant le paiement de frais inexistants. Cela entraîne souvent la demande de coordonnées bancaires. Il ne faut jamais les transmettre. En cas de paiement réel à effectuer, un courrier postal est plus souvent envoyé. De même, il vaut mieux éviter de répondre ou de rappeler les numéros inconnus.

Installer des applications de protection variées

Diverses applications existent pour protéger son Windows Phone. Il peut s’agir de se protéger des virus en tous genres (le logiciel Malwarebytes est par exemple recommandé) ou d’un gestionnaire de mots de passe tel que Keeper ou eWalletGo. Les applications téléchargées peuvent permettre de protéger ses données telles que les images, ou encore d’ajouter un mot de passe pour accéder à certaines fonctions. En somme, en plus d’une bonne application d’antivirus, mieux vaut installer des sécurités en plus de celles déjà proposées par le Windows Phone.

Que faire si son Windows Phone a été victime d’une attaque de pirate ?

Les choses à faire si l’on a été victime d’une attaque sont variées, et dépendent de l’attaque elle-même. Si le Windows Phone est fortement ralenti ou qu’il exécute mal les commandes, c’est certainement qu’il est frappé d’un virus. Un scan avec un logiciel comme Malwarebytes ou AVG security est alors de mise. Dans les cas les plus extrêmes, il peut être nécessaire de réinitialiser le Windows Phone. Il faut également penser à vérifier les applications installées, afin de voir si l’une d’elles n’est pas indésirable.

Si vous êtes témoins de publications abusives sur vos comptes de réseaux sociaux, c’est que l’un de vos appareils, dont votre mobile, a certainement été piraté. Dans ce cas, il faut effacer les posts indésirables, poster un message d’explication et enfin changer tous ses identifiants. Le flux des notifications peut être un bon indicateur pour savoir si l’on a ou non été piraté. Si votre Windows Phone a été volé, contactez votre opérateur qui, à l’aide du numéro IMEI, pourra complètement bloquer l’accès à l’appareil.

Si vous êtes certains d’avoir été piraté, demandez à votre opérateur une facture avec la liste complète des appels passés. Cela permet de voir si des appels vers l’étranger ont été passé, mais aussi de prouver que vous n’en êtes pas responsables. Naturellement, cela peut servir de pièce à conviction si vous décidez de porter plainte. Cette mesure est évidemment recommandée, surtout si le pirate est connu.

Enfin, dans les cas les plus complexes, il peut être pertinent de changer de numéro de téléphone, mais aussi d’adresse mail. Une fois cela fait, il faut alors appliquer toutes les mesures évoquées afin de se prémunir au mieux contre le piratage. Si vous en profitez pour changer de forfait et d’opérateur, pensez au code RIO.

On vous a été utile ?
Pour nous remercier,
partagez !