ADSL ou fibre optique : quelles sont les différences entre les technologies d’accès à internet ?

Internet fait aujourd’hui partie intégrante de notre quotidien. Si l’on remonte en 1996, seuls 100000 foyers disposaient d’une connexion à internet. Ce nombre a plus que quintuplé en seulement 2 ans. Il n’aura pas fallu très longtemps pour que l’accès à internet devienne un élément complètement démocratisé. Aujourd’hui, deux technologies sont largement présentes : l’ADSL et la fibre optique.

ADSL et VDSL : l’accès au haut débit pour tous

La technologie d’accès à internet la plus courante aujourd’hui est encore le xDSL. Cette technologie peut être séparée en deux : l’ADSL et le VDSL. Le fonctionnement des deux est très similaire, mais des différences existent, et leurs conséquences sont notables. La plus importante est l’écart de débit que cela entraîne : d’un plafond de 20 Mbits/s avec l’ADSL, on peut dépasser les 70 Mbits/s. En décembre 2016, on dénombrait encore 22,3 millions d’accès à internet en ADSL. Face à cela, les accès fibre à terminaison optique, également nommée FTTH, ne dépassait que difficilement les 2 millions d’abonnement. Ce serait donc une erreur que de penser que l’ADSL est aujourd’hui une technologie du passé. Le très haut débit seul, pourtant permis par le VDSL, a encore du chemin à parcourir.

Les technologies de types xDSL : comment ça marche ?

Le principe de base du fonctionnement de l’ADSL et du VDSL explique la prédominance nette et rapide de cette technologie. L’atout majeur, c’est qu’il n’y avait pas de ligne à construire, contrairement à la fibre optique. Le xDSL fonctionne en passant par les boucles de cuivre des lignes téléphoniques de France Télécom. Les ondes qui transmettent des informations circulent le long de cette ligne selon une certaine plage de fréquences. Or, les communications téléphoniques n’utilisent qu’une petite partie de cette plage de fréquence. En l’occurrence, il s’agit de la partie la plus basse. Ainsi, les fréquences les plus élevées ont pu être utilisées pour transmettre d’autres informations. C’est pour cela qu’il est nécessaire de disposer d’un filtre ADSL avec cette connexion. Ce filtre sépare les informations téléphoniques des informations liées à internet. Il devait être placé directement sur la prise téléphonique, et est aujourd’hui intégré aux box elles-mêmes.

box filtre adsl

Un filtre ADSL. Celui-ci permet de séparer les données téléphoniques des informations d’internet.

Ce système a permis la transmission de nombreux types de données. Grâce à l’ADSL, le numérique a pris une bien plus grande ampleur. Cela rend les vieilles antennes de télévision obsolètes. La télévision comme la téléphonie passent aujourd’hui de plus en plus par internet. L’arrivée de la fibre optique ne fait aujourd’hui qu’appuyer ce phénomène. Par son fonctionnement et le principe même de la technologie, l’ADSL souffre d’un effet d’atténuation. Cela signifie que d’une part, le débit est nécessairement plafonné, et d’autre part, il diminue au fil de la ligne. C’est cela que l’on nomme l’atténuation. Tous les types d’ondes y sont plus on moins soumises. Pour diminuer l’effet d’atténuation, l’ADSL a plusieurs fois été perfectionné. Ainsi sont nés l’ADSL2+, puis le VDSL.

Le VDSL : la transition vers le très haut débit

Alors qu’avec toutes ses améliorations, l’ADSL, dans sa version ADSL2+, ne parvenait pas à proposer plus de 20 Mbits/s, le VDSL a permis de changer la donne. Aujourd’hui, les fournisseurs d’accès à internet proposent dans toutes leurs offres ADSL le VDSL. Cela est possible simplement parce que la technologie de base est la même : les boucles de cuivre. Cette version améliorée de l’ADSL a permis, dans un premier temps, des débits jusqu’à 50 Mbits/s. Aujourd’hui, le plafond annoncé par les fournisseurs d’accès à internet est de 70 à 80 Mbits/s, pour un débit théorique maximal de 100 Mbits/s. Pour être utilisable, le VDSL nécessite la présence d’un répartiteur installé à la base du réseau utilisé, ainsi qu’un modem raccordé à chaque prise téléphonique utilisée via une prise RJ45, également nommée prise Ethernet.

box cable ethernet rj45

Un câble et une prise RJ45, nécessaires pour les connexions câblées des appareils à internet.

Si le VDSL est une très nette amélioration de l’ADSL, son usage se révèle limité. Ainsi, pour pouvoir en profiter, il est impératif dêtre à moins d’une certaine distance du DSLAM. Le DSLAM, c’est l’installation qui permet aux lignes téléphoniques d’assurer un service d’accès à internet. Diverses lignes y sont connectées et l’installation fait la liaison avec le FAI. Avec la première version du VDSL, il fallait être à moins de 1 km pour que cela soit intéressant. Grâce au développement du VDSL2, cette distance a pu être allongée à 3,5 km. Toutefois, c’est toujours sous les deux premiers kilomètres que la différence entre le VDSL2 et l’ADSL2+ est la plus nette, et la plus intéressante. De quoi ne rendre l’accès au très haut débit disponible que pour un nombre limité d’abonnés.

A voir également : les offres internet ADSL et VDSL des FAI.

La fibre optique et la démocratisation du très haut débit

Quand on parle de très haut débit, on renvoie aux connexions supérieures à 30 Mbits/s. Ce seuil est celui qui a été fixé par de nombreux organismes européens. C’est aussi celui qu’a fixé, en France, l’Arcep, l’autorité de référence pour les télécoms. Aujourd’hui, le Plan Très Haut Débit vise à démocratiser au maximum ce débit pour tout le pays. L’objectif fixé est de le rendre accessible à tous d’ici l’horizon 2022. Pour cela, le VDSL est une technologie à disposition. Toutefois, sa limitation impose le besoin d’une autre technologie : la fibre optique.

La fibre optique : une nouvelle technologie pour remplacer les boucles de cuivre

Il y a au moins un point commun entre la fibre optique et l’ADSL. Les deux technologies utilisent des ondes propagées dans des câbles. Toutefois, avec la fibre optique, il n’est plus du tout question d’utiliser les boucles de cuivre en place. Bien au contraire, l’idée est plutôt, à terme, de les remplacer. L’un de leur défaut majeur, c’est l’effet d’atténuation qui a été mentionné. Au travers du cuivre, les ondes se propagent de moins en moins bien sur la distance. Pour améliorer les connexions à internet, l’idée de départ est donc la suivante : transmettre des ondes plus rapidement, et sans effet d’atténuation. Or, ce qui se propage le plus rapidement, et cela est bien connu, c’est la lumière. C’est donc ce qu’utilise la fibre optique. Le fonctionnement est assez simple, et les avantages sont nombreux.

box schema cable optique

Schéma simplifié de la composition d’un câble de fibre optique.

Les câbles de fibre optique sont faits pour permettre à la lumière de se propager en ne subissant que des pertes minimes. La fabrication d’un câble implique de nombreuses étapes, et afin de protéger le cœur de celui-ci, qui assure la transmission, des gaines de protection bien plus épaisses que le câble lui-même sont placées autour. Dans les faits, l’atténuation est négligeable avec cette technologie. Ainsi, même si l’on est sur une ligne de plusieurs kilomètres, la bande passante reste excellente. Afin de donner une idée des performances réalisées, et réalisables, le record de débit actuel, en laboratoire, et de 1 Pétabits/s. 1 péta correspond à 1000 téras, qui correspondent à 1000 gigas. Cela correspond à 125000 Go à la seconde. Pour nos usages quotidiens, il va de soi que le plafond de 1 Gbit/s — 125 Mo/s — des opérateurs est plus que suffisant. Pour rappel, 1 octet vaut 8 bits.

FTTH et FTTB : le déploiement de la fibre optique et de la fibre dite coaxiale

Il existe de nombreuses abréviations pour renvoyer à la fibre optique. Toutefois, les deux plus courantes dont FTTH et FTTB. La première désigne la fibre optique jusqu’au domicile, ou Fiber to the Home. C’est aujourd’hui la technologie qui est la plus largement mise en avant par les opérateurs. Pour en profiter, un technicien doit venir raccorder le logement concerné au boîtier fibre de l’immeuble, ou associé au logement. Ce raccordement se traduit par le déploiement d’un câble optique depuis ledit boîtier jusqu’à un second boîtier placé dans le logement même. La contrainte du placement de la box est réduite, puisqu’il est possible de placer le boîtier en question où on le souhaite. Toutefois, il faut faire attention aux câbles et au placement pratique. Le FTTH permet de profiter de toute la puissance de la fibre optique, et donc des meilleurs débits, jusqu’à 1 Gbits/s, selon les offres des FAI.

Box optique coaxial

A gauche, une terminaison coaxiale, et à droite, une terminaison avec boitier optique.

La technologie que l’on désigne comme le FTTB est une variante moins contraignante pour l’installation, mais également moins puissante. Il s’agit de la fibre installée au pied du bâtiment — Fiber to the Building. Cette technologie a été beaucoup utilisée pour raccorder des logements plus facilement, avant la démocratisation du FTTH. Toutefois, là où le FTTH n’est pas disponible, le FTTB reste proposé et déployé par certains FAI, bien que cela soit de moins en moins le cas. Cette fois, il n’est pas question d’utiliser de câble optique pour faire la liaison entre le logement et le réseau fibre optique lui-même. Les derniers mètres sont ainsi couverts, le plus souvent, par des câbles coaxiaux. Ce sont les câbles de la télévision et de téléphonie qui sont largement utilisés. De fait, le problème de l’atténuation refait surface, mais à une échelle bien moins importante. Pour les usages courants, le FTTB est suffisant.

A découvrir : les meilleures offres internet fibre optique.

ADSL ou fibre optique : accessibilité, prix et le choix à faire

La question du choix à faire n’en est pas réellement une. Si l’on est éligible à la fibre optique, c’est cette technologie qu’il faut privilégier. Elle est hautement plus rapide, plus stable et donc plus intéressante. Au-delà des différences techniques, ce sont surtout les avantages pratiques qu’il faut observer. Pour un particulier, quel est l’intérêt de préférer la fibre optique ? Si l’on dispose d’une bonne connexion VDSL, l’intérêt n’est pas majeur. Toutefois, si l’on ne dispose que de l’ADSL, la question ne se pose pas. Une connexion ADSL est vite fragilisée dans les foyers les plus nombreux. Certaines lignes pourront accueillir plusieurs appareils sans difficulté, et pour d’autres, 3 connexions en même temps perturbent la box internet. Ce problème disparaît avec la fibre optique. Plusieurs dizaines d’appareils connectés et actifs en même temps sur la même box ne posent aucun problème.

box plan thd

Le Plan THD veut donner le très haut débit à la France entière d’ici 2025.

Avec tant de puissance, un réseau entier à construire et du matériel à produire, on pourrait penser que les offres box internet et fibre optique seraient plus chères. Dans les faits, ce n’est que rarement le cas. Pour Bouygues Télécom et SFR, ADSL et Fibre Optique sont contenus dans les mêmes offres, et sont donc accessibles aux mêmes prix. On peut toutefois noter que l’offre de départ de Bouygues Télécom n’intègre effectivement pas la fibre optique, contrairement à l’offre d’entrée de SFR. Seul Orange maintient un écart entre ses prix, écart minime de 5€, souvent effacé par des promotions. Enfin, la fibre optique est également accessible au travers des box internet sans engagement de durée. La réponse est donc non : la fibre optique n’est pas réellement plus chère que l’ADSL. Les rares écarts de prix qui existent sont minces, et ne sont pas décourageants.

Ma box internet fibre optique est-elle différente de ma box internet ADSL ?

Que l’on profite de la fibre optique ou de l’ADSL, la box internet reste l’objet essentiel pour accéder à internet. Selon les offres, la box peut être la même pour les deux technologies, comme elle peut être différente. Toutefois, elle n’est la même que pour les offres qui limitent le débit. C’est de la box que dépend une partie de la connexion à internet dont on profite. Il est donc naturel que, pour les connexions les plus puissantes, les FAI aient développé des box plus performantes. Il existe des différences entre les box internet elles-mêmes, mais toutes sont désormais très puissantes, et offres des services toujours plus nombreux. Certaines box des anciennes générations sont même compatibles avec la fibre optique.

En ce qui concerne les branchements et la gestion, peu de choses diffèrent fondamentalement. La fibre optique voit la disparition de la prise téléphonique au profit du câble optique. Les box dernières générations disposent également d’un Wi-Fi bien plus puissant, ce qui permet de connecter plus d’appareils et d’enregistrer de bien meilleurs débits. Autrement, une grande partie des conseils valables pour les box internet ADSL restent valables pour les box internet fibre optique. Elle doit être placée dans un milieu ouvert et aéré pour éviter les surchauffes par exemple. Si la proximité avec d’autres appareils électroniques est moins contraignante, elle reste à éviter. On peut terminer en notant que les box dernières générations sont moins gourmandes en énergie. Si on peut encore préférer les brancher seule sur une prise — sans multiprise donc — cela n’est plus une nécessité.