Téléphonie Mobile

Ce 8 novembre 2019 a officialisé le contrat passé entre Bouygues Telecom et l’entreprise d’ingénierie TPF. L’opérateur souhaite en effet accélérer le déploiement de son réseau 5G sur le territoire français  avec l’aide d’une centaine de datacenters. Il est n’est pas exagéré de dire que Bouygues voit les choses en très, très grand pour s’imposer sur ce nouveau marché.

Bouygues Telecom et TPF Ingénierie : l'amour 5G dure 3 ans

Bouygues Telecom s'est allié à TPF Ingénierie pour une durée de trois ans. Le contrat entre l'opérateur et la société marseillaise vise ainsi le déploiement d’une centaine de datacenters dans l’Hexagone pour développer le réseau 5G de Bouygues Telecom. Que prévoit donc ce nouvel arrangement et pour quelles raisons ?

Pour le président de TPF William Meynard, sa société a été principalement choisie par l’opérateur pour sa forte présence au niveau national. Avec près de huit directions régionales, TPF peut ainsi promettre une plus grande couverture 5G à Bouygues Telecom. La société marseillaise brille également par de très bonnes références plus globales. TPF a ainsi participé à la création d’un supercalculateur pour Météo France. Il collabore également  avec le Ministère des Armées dans le cadre d’un Centre de surveillance dédié.

TPF Ingénierie assure le transfert du réseau Bouygues Telecom de la 4 à la 5G

TPF Ingénierie va développer une centaine de datacenters pour développer le réseau 5G de Bouygues Telecom

Le contrat prévoit alors plusieurs initiatives pour développer ces 100 datacenters. Si la création d’immeubles dédiés est bien prévue dans les trois prochaines années, d’autres bâtiments d’ores et déjà existants profiteront également de nouveaux équipements pour couvrir le réseau 5G auprès de Bouygues Telecom.

À lire aussiEn attendant la 5G : découvrir les meilleurs forfaits 4G encore présents chez Bouygues Telecom
Lire la suite

5G Bouygues Telecom : un gros challenge pour TPF Ingénierie

Plus en détail, le contrat entre TPF Ingénierie et Bouygues Telecom prévoit le développement de superficies et de centres réseaux à proximité du réseau fibre. Au vu de la structure des agglomérations visées, les possibilités de configuration sont infinies. La méthode est donc la suivante : Bouygues Telecom choisira tout d’abord les zones à couvrir au niveau urbain, et rural. Ce sera ensuite au tour de TPF de jauger de la fiabilité de la couverture 5G dans ces lieux précis. Le challenge est donc double pour l’entreprise marseillaise. D’un côté, promettre une sécurité et une efficacité maximale au niveau du réseau développé. De l’autre, également fuir par tous les moyens des nuisances potentielles pour les personnes résidant aux alentours des sites.

Pour ce faire, l’entreprise prévoit d’associer près de 30 de ses collaborateurs au projet. L'embauche de nouvelles compétences sera également à prévoir. TPF peut en effet se donner les moyens de s’atteler à un tel projet : l’entreprise fait partie intégrante d’une filiale présente dans 54 pays, au chiffre d’affaire de 235 millions d’euros. En France, TPF Ingénierie comptabilise actuellement « seulement » 500 personnes. Il ne reste donc plus que pour l’entreprise à honorer son idylle de 3 ans avec Bouygues Telecom.

Bouygues Telecom et Free favorisés par le cahier des charges 5G ?

Cette collaboration concrétise les espérances de Bouygues Telecom relatif à l'introduction de la 5G en France. Récemment, le cahier des charges publié par l’Arcep concernant le déploiement du réseau mobile nouvelle génération a en effet été sensiblement modifié. Explications : la part fixe de blocs de fréquence était ainsi fixée à 40 MHz pour chaque opérateur. Les spectres restants devaient être soumis à des enchères, chaque acteur 5G ne pouvant pas dépasser le maximum légal de 100 MHz.

Free et Bouygues Telecom ont demandé une modification concernant la distribution des bandes fréquences 5G

L'Arcep a modifié son cahier des charges concernant la distribution des bandes fréquences 5G afin de ne pas pénaliser les plus petits opérateurs français.

Cependant, les opérateurs les plus puissants, tels que Orange, pouvaient décider d’acheter ce maximum de bandes fréquences. En conséquence, les acteurs moins influents, comme Free et Bouygues Telecom, se seraient retrouvés en déficit pour assurer un service 5G minimum. L’Arcep a donc revu le cahier des charges en autorisant une part fixe de fréquence de 50 à 60 MHz. Cela équilibre donc davantage le service proposé entre les quatre opérateurs français et permet à Free et Bouygues Telecom d’aborder sereinement le déploiement de la 5G.

Forfaits bouygues telecom
À lire aussiDécouvrir les 3 promotions du moment sur les forfaits sans engagement B&YOU
Lire la suite

Partagez !

Forfait B and YOU

À lire aussi

Donnez votre opinion : commentez !

avatar