Téléphonie Mobile

Le dérèglement climatique s'intensifie chaque année, et peu de choses peuvent prévoir son évolution. L'une des seules ressources disponibles restait celle de la prévision météorologique à l'échelle planétaire. Pourtant, le déploiement du réseau 5G à l'international pourrait bientôt perturber toutes les données récoltées. Si les scientifiques ont pointé du doigt ce problème, celui-ci n'est pourtant pas au cœur des préoccupations des constructeurs et opérateurs de téléphonie mobile.

Satellites météorologiques et réseau 5G : des interférences à prévoir

En novembre dernier, la conférence des radiocommunications a eu lieu à Charm el-Cheickh en Égypte. Lors de cette conférence, les météorologues ont dévoilé un problème important. Selon eux, il est impératif d'établir une zone tampon suffisante entre les ondes des satellites prévisionnels et les ondes de la 5G. Un écart minimum de 42 décibel-watt est ainsi préconisé par les chercheurs. Cet écart permettrait ainsi d'éviter à la bande de référence des satellites d'observation d'être perturbée par les ondes millimétrées de la 5G.

Les satellites de prévisions auront du mal à déterminer avec exactitude le climat.

Des satellites perturbés, une météo indéterminée

L'Organisation Météorologique Mondiale, la NASA et d'autres agences approuvent cette demande. Plusieurs pays européens, dont la France, sont également réceptifs à cette option. Néanmoins, au cours de la conférence, les choses n'ont pas tourné comme prévu. La marge adoptée au terme des débats se situerait à seulement 33 dBW dès 2021, puis à 39 dBW en 2027. Un différentiel de 9 à 3 dbw, selon les années, serait à déplorer par rapport aux recommandations scientifiques.

SFR
À lire aussiSFR vend déjà des smartphones 5G
Lire la suite

Des mesures insuffisantes pour lutter contre les perturbations 5G

Actuellement, les ondes millimétriques situées entre le réseau 5G et les satellites météorologiques sont jugées trop proches. Les scientifiques poussent la sonnette d'alarme, arguant que l'échec d'un compromis adéquat constituerait un vrai danger.

Selon Eric Allaix, coordinateur national des fréquences à Météo France, cette situation pourrait vite handicaper les prévisions journalières du monde entier. La proximité du réseau 5G trompe les satellites météo, percevant les ondes comme de simples données liées à l'humidité. En résultent des prévisions faussées et des pronostics erronés de la part des météorologues.

Comment lutter contre les catastrophes naturelles si on ne peut pas les anticiper à cause de la 5G ?

Inondations, tempêtes et autres catastrophes bientôt difficilement anticipées ?

Toujours d'après Eric Allaix, il y aurait alors six heures de décalage entre une prévision et la véritable météo. “Ainsi, un phénomène prévu aujourd'hui dans une dizaine d'heures ne pourrait être détecté que quatre heures avant“, explique le météorologue. Des données erronées pourraient mettre la population en danger, en cas de tempête ou d'autres catastrophes météorologiques.

Évolution et options pour une meilleure prévision météo

Au stade actuel, les perturbations ne se font pas encore sentir. Les antennes 5G ne sont pas encore assez nombreuses pour perturber les signaux des satellites. D'ici 2021, les risques seront pourtant bien présents. En ce moment, les antennes réseau et les stations pour la diffusion de la 5G ne cessent de se multiplier, lorsque les grandes villes se munissent de toute la technologie nécessaire pour le développement de la couverture 5G.

Les antennes réseau 5G ne seraient pas un danger tant qu'elles seraient en nombre réduit.

Plus il y aura d'antennes pour étendre la couverture 5G, plus les prévisions seront brouillées

Si les impacts sont négligeables pour le moment, tout laisse à penser que cela ne durera pas. Dans cette perspective, les scientifiques ont émis une solution lors de la conférence : l'installation de filtres sur les antennes 5G. Ces derniers auraient pour mission de limiter la puissance d'émission des ondes, et, par conséquent, leur impact sur les données météorologiques. Malheureusement, l'opération s'avère coûteuse, un argument qui seul suffit à balayer cette option.

L'amélioration des smartphones, synonyme de prévisions météo hasardeuses

Le déploiement du réseau 5G, aujourd'hui minime, va croître d'ici les années à venir. Les opérateurs en ont conscience et annoncent déjà la montée en puissance de cette connexion. Les plus pessimistes ne semblent percevoir en elle que des inconvénients, au détriment des nombreux avantages. Nul doute que cette perspective météorologique, effective en Europe dans quelques années, ne saura pas les rassurer.

La majeure partie des variations de météo observées pour le continent européen provient de l'Ouest. Les observations se font sur le territoire américain. Il suffirait d'un décalage de quelques heures sur ces prévisions pour fausser toute les tentatives d'évaluation du climat.

Les cartes des programmes météorologiques seraient difficiles à remplir correctement.

La disparition des journaux météorologiques un minimum exacts ?

En plus de la météo en temps réel, un impact sur les prévisions climatiques à long terme est prévu. Il paraît aisé, pour le moment, d'appréhender le climat et son évolution de manière relativement précise. Avec l'arrivée de ces perturbations dans le champ des anticipations toutefois, les données ne seront plus valables. Le réchauffement climatique, l'un des grands dangers du XXIème siècle, deviendrait imprévisible, si la chose venait à se confirmer. Des données inexactes empêcheront de lutter efficacement contre les catastrophes écologiques à venir.

Des performances réseau optimales mais à quel prix ?

Bonnes ou mauvaises, les innovations du XXème siècle ont toutes eu un impact sur le climat. En dépit de bonnes intentions initiales, certaines inventions ont eu tendance à apporter plus de problèmes qu'elles n'en résolvent. L'apparition de la 5G dans la connectivité mondiale pourrait bien faire partie de cette catégorie.

Encore une fois, les scientifiques du monde entier en ont conscience. Maintenant que les pronostics sont établis, il reste à agir. Les politiques et les constructeurs mobiles sont désormais les seuls à pouvoir résoudre cette future perturbation météorologique, avant qu'elle n'arrive. En attendant qu'une Greta Thunberg de la 5G ne se révèle, il faut espérer que les autorités prennent leurs responsabilités en mains.

Bouygues Telecom
À lire aussiBouygues Telecom avec TPF Ingénierie pour la 5G
Lire la suite

Partagez !

Forfait SFR

À lire aussi

Donnez votre opinion : commentez !

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments