Téléphonie Mobile

On pourrait croire à un canular tant cette information semble tirée par les cheveux. Ce n’est pourtant pas le cas. Des antennes 5G ont bien été victime d’une colère divine cette semaine dans le Rhône. Deux moines intégristes ont décidé de partir en guerre contre les antennes relais qui se dressent sur tout le territoire français. Une tâche herculéenne qui a démarré dans le Rhône, près de Lyon, cette semaine. Deux antennes ont alors subi les foudres de l’inquisition, et se sont vues purifiées par le feu. La croisade des deux hommes devait en revanche s’arrêter là : ils ont depuis été interpellés et placés en garde à vue. Retour rapide sur cette information surréaliste.

Dieu, la 5G et le feu : l’épopée incendiaire des moines agissant pour « le bien-être de l’humanité »

C’est dans la Communauté capucine d’observance traditionnelle de Villié-Morgon, couvent catholique intégriste, que cette folle histoire commence. Deux hommes appartenant à la communauté, âgés de 39 et 40 ans, décident d’agir concrètement contre le déploiement des antennes 5G. Afin de mener à bien leur mission, ils se munissent de matériel incendiaire et partent en direction de Saint-Forgeux. Sur place, ils incendieront une première antenne relais. L’image cinématographique, presque surréaliste d’une procession de moines en toge, portant des torches dans la nuit s’impose tout de suite dans l’esprit.

Antennes 5G brûlées par des moines

Plus de peur que de mal pour la seconde antenne relais au nord-ouest de Lyon, condamnée à être brûlée par le feu mais heureusement sauvée par la gendarmerie.

Mais les deux serviteurs de la religion ne s’arrêtent pas en si bon chemin. La nuit suivante, ils sont interpellés par la gendarmerie d’Ancy en flagrant délit, alors qu’ils tentaient d’incendier une seconde antenne. Une croisade purificatrice d’assez courte durée pour les deux moines. Les deux hommes sont aussitôt placés en garde à vue, puis mis en examen pour « association de malfaiteur », et « tentative de destructions par moyen incendiaire ». Interrogés sur leur geste durant le procès, ils reconnaissent ouvertement avoir agi par hostilité aux antennes 5G, selon le parquet du Rhône. La procureure de Villefranche rapport un acte de vandalisme « pour prémunir la population des effets nuisibles » de la 5G et lutter contre l’électrosensibilité.

De son côté, la Communauté capucine d’observance traditionnelle de Villié-Morgon condamne le geste, mais pas les motivations. Entendue par Le Progrès, une porte-parole du couvent intégriste affirme les dangers des antennes 5G. Celle-ci parle d’ « agir pour le bien-être de l’humanité » face aux ondes de la 5G, que le couvent qualifie de « nocives ». Les deux hommes s’en sortent libres pour le moment, mais sous contrôle judiciaire strict. Quant à répondre de leurs actes devant leurs supérieurs, ceux-ci n’ont visiblement pas de soucis à se faire. Le geste des deux moines, âgés de 39 et 40 ans (rappelons-le), a été qualifié d’ « erreur de jeunesse » par la porte-parole du couvent catholique.

L’incendie de deux antennes 5G par des moines, en bref :

  • deux moines issus de la Communauté capucine d’observance traditionnelle ;
  • agés de 39 et 40 ans ;
  • deux antennes relais endommagées par le feu ;
  • interpellé par la gendarmerie en flagrant délit ;
  • relâché, sous contrôle judiciaire ;
  • acte qualifié d’ « erreur de jeunesse » par la porte-parole du couvent.
Effectuer un test 5G.
À lire aussiEffectuer un test pour localiser les antennes 5G proches de son domicile
Lire la suite

Partagez !

À lire aussi

Donnez votre opinion : commentez !