Téléphonie Mobile

Les jeux-vidéos sont de plus en plus ancrés dans la société. Démocratisés dans le début des années 80, les pratiques sont depuis venues plus massivement dans nos salons. Aujourd'hui, le jeu est même dans notre poche.

Le média a connu ses hauts et ses bas, ainsi que ses polémiques. Toutefois, le temps ayant passé, il est aujourd’hui largement accepté et de moins en moins pointé du doigt. Cet ancrage est bien plus fort qu’on ne pourrait le penser. Depuis quelques années, la déferlante vidéoludique se lie à un nouveau support : les smartphones. Ceux-ci étant de plus en plus puissants, ils proposent des expériences toujours plus riches. Toutefois, il y a un fossé entre les jeux consoles et les jeux mobiles. Façon de jouer, public ou encore modèle économique, ce sont 3 choses parmi d’autres qui sont radicalement différentes.

La casual-gaming : les jeux mobiles sont-ils de vrais jeux-vidéo ?

Pour un joueur PC ou console, il est parfois difficile d’admettre que les jeux sur smartphone sont de vrais jeux-vidéo. Cela vient d’un fait très simple : les expériences proposées sont très souvent bien moins denses qu’ailleurs. Toutefois, dans les faits, ce sont bien des jeux en vidéo. Le but de ces jeux, c’est avant tout de proposer une expérience ponctuelle pour occuper des petits temps libres. Dans les transports en commun ou en salle d'attente, pourquoi ne pas dégainer son smartphone ? De par cet investissement moindre du joueur dans l’expérience, certains en sont venu à parler de casual-gaming. Les gens pratiquant ces jeux sont alors désignés, avec souvent une pointe de dédain, de casus.

Une partie de jeu sur smartphone

Le jeu vidéo est aujourd'hui un élément du quotidien.

Toutefois, il ne s’agit en fin de compte qu’une pratique différente d’une même activité. Le public cible n’est clairement pas le même. Et il est tout à fait possible de jouer occasionnellement à un jeu mobile tout en préférant un jeu PC ou console. S’il y a un constructeur qui a compris les enjeux de ce marché, c’est sans soute Nintendo. Certaines personnes auront remarqué qu’un certain plombier moustachu a salopette rouge (Mario) est venu vivre une aventure sur smartphone. La firme nippone a commencé à décliner plusieurs de ses licences phares sur mobile. Novembre doit voir arriver Animal Crossing, et même un Legend of Zelda est prévu. La différence d'investissement est cependant faible pour certaines personnes. En jouant sur la bonne dose de frustration, certains jeux vous poussent à prolonger l'expérience, et le font parfois payer très cher.

Un modèle économique parfois cruel

Si les jeux mobiles parviennent au final à parfaitement entrer dans notre pratique, il y a un élément qui fait débat : leur modèle économique. Pour faire très simple, il y a deux façons pour un jeu de se vendre. La première est la version « historique ». On achète le jeu et on profite pleinement de son contenu. Parfois, on peut même accéder au début du jeu gratuitement. Ce modèle ne pose aucun problème. L’autre option, c’est de proposer un jeu gratuit, et d’y intégrer des éléments payants. On nomme cela un free-to-play (gratuit à jouer). Cela peut prendre plusieurs formes. Par exemple, le jeu peut ne proposer qu’un nombre limité de parties dans la journée. Il faut alors acheter plus de parties si l’on souhaite jouer plus. Mais souvent, les jeux multijoueur proposent de payer pour avoir un avantage sur les autres joueurs.

écran de game over

L'écran de Game Over qui peut frustrer et amener les joueurs mobiles à payer plus.

C’est dans ce dernier modèle que réside le problème. Les contenus des jeux gratuits sont souvent très limités et cela engendrent une progression très lente et de la frustration. C’est alors qu’intervient le contenu payant. Pour quelques euros, il est possible d’acheter de quoi jouer plus et augmenter ses chances de victoire. Celui qui paye à nécessairement un avantage. Il faut donc payer pour rester dans la course. Ce modèle est parfois nommé le pay-to-win (payer pour gagner). Il est d’autant plus tentant de payer que ce sont des petites sommes qui sont demandées. Il est même possible de le faire en faisant passer l’achat sur la facture de téléphone. Faible somme, facilité de paiement, frustration et esprit de compétition, voilà la recette. Hélas, tout le monde ne peut résister à la tentation.

Jouer de façon responsable : le rôle du joueur, et celui de l’éditeur du jeu

On peut aveuglément blâmer le cynisme des éditeurs qui profitent de la faiblesse de certaines personnes. De fait, certaines personnes peuvent dépenser des sommes folles chaque mois dans ces jeux mobiles en ligne. Mais à l’époque de l’arcade, la recette était déjà la même. Il fallait trouver le juste milieu entre difficulté et attractivité pour amener le joueur à remettre une pièce dans la borne… Les éditeurs ont une responsabilité envers les joueurs, mais le joueur doit rester prudent. C’est encore plus vrai quand il s’agit de jeu d’argent, comme les applications de poker  et autres paris en ligne. Miser de petite somme pour en gagner de plus grosse, voilà qui est tentant. Il faut donc s’assurer que l’éditeur du jeu est un éditeur responsable. La notion de jeu responsable est d’ailleurs de plus en plus présente dans les milieux où l’argent circule beaucoup.

Une partie de poker avec une paire d'as

Le poker existe aussi en version mobile. Ce genre de jeu est strictement réservé aux personnes majeures.

Il semble tout naturel que des jeux d’argent en ligne aient vu le jour. Le poker est l’une des disciplines les plus représentées. Face à tout cela, il y a naturellement une responsabilité des éditeurs. Quelques règles simples permettent un jeu responsable. Il faut respecter les consignes des jeux, et savoir s’arrêter. Si l’on perd, ou que la frustration monte, il faut stopper le jeu. Il faut gérer son temps de jeu pour ne pas trop jouer, et être tenter de dépenser. Enfin, il ne faut jamais renseigner son numéro de carte bancaire. Un petit paiement facile est un paiement tentant. Pour plus de sécurité, pensez aux forfaits bloqués, limités en données, qui évitent certaines dépenses et pratiques abusives.

Partagez !

Forfait RED SFR

À lire aussi

Donnez votre opinion : commentez !

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments