Souris, rats, smartphones et cancer : les ondes responsables de tumeurs chez des rongeurs

Publié le 6 novembre 2018 à 13h06

Pierre-Yves C.

Pas de commentaire

La question de la nocivité des ondes radio sur l’organisme est explorée depuis quelques temps déjà dans la communauté scientifique. Une nouvelle étude semble indiquer que oui, les ondes sont nocives pour le corps. Elles auraient favorisé le développement de tumeurs au cœur ou encore au cerveau chez… des rats. Et surtout chez les mâles. Faut-il en déduire que le risque est le même chez les humains ? On peut être prompt à dire un grand oui. Toutefois, il faut savoir nuancer les résultats d’une seule étude, et la réponse n’est pas si évidente, ni si proche, qu’on aimerait qu’elle soit.

Rats et souris exposés aux ondes : un risque de tumeurs accru, chez les rats mâles

D’après le site britannique Independent, que nous dit cette étude scientifique ? Des rats et des souris ont été, pendant 10 ans environ, exposés à des ondes téléphoniques. Comme l’étude a commencé il y a 10 ans, il s’agit avant tout d’ondes 2G et 3G. Toutefois, ces ondes restent utilisées aujourd’hui, et cela n’ôte rien à la pertinence de l’étude en question. Ce qui peut davantage interloquer, c’est que dans le procédé de l’objectif, les rongeurs sont exposés aux ondes 9 heures par jour, sans interruption, et sur l’ensemble du corps. Après cette exposition, il s’avère que les rats mâles développent plus de cancers que les femelles et que les souris. Par ailleurs, les cancers concernent avant tout le cœur et le cerveau, deux points particulièrement critiques. Ces observations soulèvent quelques questions.

À voir aussi : la couverture réseau des opérateurs mobiles en France.

Quel est le risque de cancer lié aux ondes chez les humains ?

L’étude peut-elle être appliquée aux humains ? L’une des nuances que l’on peut soulever concerne l’un des procédés de l’étude : les rats, des organismes bien plus petits que nous, ont été exposés sur l’ensemble du corps pendant 9h de suite par jour, tous les jours. Or, un humain, nettement plus grand, n’est exposé que sur des zones ciblées du corps (aine, mains, tête) et pendant des périodes généralement plus réduites que 9 heures consécutives.

Un rat blanc de laboratoire.

Des rats et des souris ont servis de sujets tests. Toutefois, seuls les rats mâles offrent des éléments de réponse concluants.

De plus, sur les quatre groupes distincts de l’étude (rats mâles, rats femelles, souris mâles et souris femelles), seul l’un d’entre eux montre des résultats concluants. Il s’agit du panel de rats mâles. Cela ne concerne donc qu’un quart des sujets étudiés par les scientifiques. En plus de cela, les rats mâles, malgré le risque plus élevé de cancers, tendent à vivre plus longtemps.

Quelques observations que l’on peut donc nuancer. Les scientifiques de cette étude affirment toutefois que l’on peut bel et bien tirer des conclusions pour l’homme. Il s’agit en plus de l’étude la plus contrôlée et la plus réglementée faite à ce jour. Ainsi, la conclusion que l’on peut en tirer de prime abord est qu’il y aurait bien un lien entre l’exposition aux ondes et le risque de cancers. Cependant, l’exposition doit être très prolongée, et cela pourrait indiquer un risque mineur chez l’Homme. Cela n’exclut cependant pas d’autres maladies qui, elles, n’étaient pas sujettes de l’étude. On peut bien entendu penser à l’électrosensibilité, sujet de plus en plus fréquents.

Enfin, pour confirmer, ou infirmer, ces résultats, il va falloir reproduire l’étude. Si cette reproduction donne des résultats similaires, la recherche pourra alors approfondir la question. Eh oui, la science, c’est long.

Réduire l’exposition aux ondes : comment se protéger ?

Il n’y a toujours pas de réponse définitive quant aux risques que présentent les expositions aux ondes. Toutefois, l’OMS impose un DAS maximal aux constructeurs pour que ces derniers puissent commercialiser leurs smartphones. Le DAS, c’est le débit d’absorption spécifique. On le compte en watts par kilogramme. Ainsi, pour être commercialisé, un smartphone ne doit pas émettre plus de 2 watts/kg. Tous les opérateurs affichent le DAS des mobiles vendus, vous pouvez donc vous baser sur cet indicateur.

Des ondes radio.

Les ondes sont presque partout. Si vous craignez pour votre santé, vérifiez les DAS.

Si vous souhaitez davantage vous protéger des ondes, vous pouvez aussi vous échapper des zones les plus denses. En ville, de plus en plus d’antennes sont déployées. Des mini-antennes relais 4G devraient apparaître dans les abribus ou panneaux publicitaires. Si vous voulez réellement vous couper de toutes les ondes possibles, vous pouvez aussi vous orienter vers les zones blanches. Aucune onde téléphonique n’est dans ces régions, dernier refuge idéal des électrosensibles.

À voir aussi : la carte des zones blanches en France.

N'oublie pas de partager !

990 articles publiés

Pierre-Yves Coulbeaux

Pierre-Yves Coulbeaux

Pierre-Yves, passionné d'informatique et de jeux vidéo, vous donne chaque jour les dernières informations des opérateurs, afin de ne rater aucune actualité.

Donnez votre opinion : commentez !

Poster un Commentaire

avatar