Téléphonie Mobile

Alors que le virus du Covid-19 semble continuer sa progression dans le monde, et plus particulièrement au sein de l'Hexagone, de nouvelles mesures sont en réflexion au coeur de l'Union européenne. Cette dernière aurait effectivement demandé à plusieurs opérateurs de télécoms de collecter les données de leurs clients afin de suivre leur position géographique à tout moment. Cette démarche pose donc de nouveaux questionnements quant au RGPD, et plus particulièrement concernant la pratique de “backtracking” d'ores et déjà appliquée dans certains pays du monde. Reste donc à savoir les frontières encadrant cette nouvelle mesure, ainsi que son efficacité sur long terme.

France  : Orange va collecter des données géographiques liées au Covid-19

Le commissaire européen chargé du marché intérieur Thierry Breton a officialisé ses dires ces derniers jours. Il précise ainsi qu'un seul opérateur sera choisi par pays afin de collecter les données géographiques de ses clients. En France, ce serait donc Orange qui serait en charge de cette pratique. L'opérateur devra alors transférer ces données directement au gouvernement. Si la pratique semble toucher à la vie privée des Français, l'objectif est bien plus noble. Cela permettrait effectivement de suivre la propagation du Covid-19.

Le Covid-19 amène les opérateurs téléphoniques à pister leurs clients

Le gouvernement souhaite surveiller les déplacements des personnes infectées pour suivre la propagation du Covid-19.

Les déplacements des personnes d'ores et déjà infectées seraient aussi au coeur de cette mesure. Le but serait alors de savoir avec exactitude les régions ayant le plus besoins de matériels et de prises en charge hospitalières. Ces données mobiles permettraient également de prévoir le nombre de personnes potentiellement en contact avec le virus. Cela permettrait donc de prévenir de manière plus précise l'évolution du Covid-19.

La mesure doit selon les dires de Thierry Breton “être mise en place le plus rapidement possible”. Pas de panique cependant, la Commission européenne serait bien entendu en charge du respect du RGPD. La ville de Bruxelles s'engage donc ici à ne pas abuser de cette pratique, sous peine d'être poursuivie. La mesure pose cependant plusieurs questions liées à l'encadrement RGPD. L'objectif est ici, au-delà de suivre les déplacements des personnes infectées par le Covid-19, de mesurer l'efficacité des mesures de confinement. Pour ce faire, le gouvernement aurait ici besoin de conserver les données pendant deux ans, contre un an permis actuellement.

Nettoyer son téléphone portable
À lire aussiNettoyer son smartphone contre le virus
Lire la suite

Le backtracking bientôt légalisé en Métropole pour lutter contre le virus ?

Le gouvernement serait-il en passe de légaliser cette pratique de backtracking en France pour contrôler la propagation du virus Covid-19 ? Rien n'est moins sûr. Cela ne dépendrait effectivement pas que de la France, mais également de ses confrères européens, voire même mondiaux. Aux États-Unis, l'administration semble déjà s'être rapprochée de Facebook et Google pour nourrir cette réflexion. En Israël et à Taïwan, le backtracking est déjà d'actualité et semble montrer des résultats plus que probants. Les pays sont alors de plus en plus stricts avec cette mesure, et semblent maintenant plus aptes à couper la propagation du Covid-19 sur leur territoire.

Les mesures des pays contre le Covid-19

Plusieurs pays ont légalisé le backtracking sur mobile pour lutter contre le Covid-19.

Les mobinautes devraient-ils donc abandonner quelques-unes de leurs libertés individuelles pour soutenir l'avenir de la nation ? La décision du confinement par le gouvernement a déjà restreint ces libertés d'actions. Cependant, la population semble de plus en plus compréhensive vis-à-vis de cette pratique. Le challenge semble actuellement aux mains de la Commission européenne. Alors que les questions relatives aux données personnelles et au RGPD font rage, le gouvernement sera-t-il capable d'instaurer une confiance mutuelle pour faire respecter le cadre du backtracking ?

Solutions pour espionner un téléphone
À lire aussiTout savoir sur l'espionnage des smartphones
Lire la suite

Partagez !

Forfait SFR

À lire aussi

Donnez votre opinion : commentez !

avatar