Comment utiliser les objets connectés (montres…) et comment fonctionnent-ils ?

Dernière mise à jour : 26 juin 2017

Depuis quelque temps maintenant se répand ce que l’on nomme l’IoT, ou “The Internet of Things’, l’internet des choses, des objets. Plus couramment en français, on parle dans ce cas des objets connectés. La nature de ces objets peut facilement varier. Le plus répandu d’entre eux est la montre, que l’on nomme aussi smartwatch. Toutefois, on peut également trouver des caméras, des balances, des enceintes, et même des ampoules.

Internet des objets

Internet des objets

Que sont les objets connectés de l’IoT, l’Internet of Things ?

Un objet connecté est un objet qui peut fonctionner et être contrôlé par internet.  Cette connexion peut se faire entre l’objet et un utilisateur, ou encore encore entre deux objets. On parle alors d’une connexion M2M : Machine to machine. On parle souvent d’IoT, Internet of Things, ou Internet des objets, pour parler de ce phénomène. Cette tendance est considérée comme le Web 3.0. Le Web 1.0 a été la naissance d’internet et l’accès aux informations, tandis que le développement des réseaux sociaux et des appareils mobiles ont fait émerger le web 2.0, aussi appelé web social.

Derrière l’appellation d’Internet des objets, on peut voir un grand nombre d’objets varié liés à divers secteurs. L’un des plus représenté est le secteur de la santé, avec les appareils qui mesurent les distances parcourues et l’énergie dépensée. On retrouve également les appareils liés à la domotique, eux aussi très présents. Pour rappel, la domotique est l’ensemble des techniques et technologies qui permettent de centraliser l’usage d’appareils électroniques tout en leur offrant la possibilité d’interagir.

Parmi les objets connectés les plus répandus, on peut citer par exemple les Smart Watch. Ces objets sont liés au domaine de la santé. Il permettent entre autres choses de voir les pas faits dans la journée, la distance parcourue, et un grand nombre d’autres paramètres liés à la santé et au sport.

Nombre d'objets connectés

Comment fonctionnent les objets connectés ?

Pourquoi parle-t-on d’objets “connectés” ?

Les objets connectés ont besoin d’échanger des informations. Ce sont donc des appareils sans fil qui utilisent des fréquences d’ondes pour transmettre des informations, à l’instar des ondes téléphoniques ou encore du Wi-Fi. Les données sont échangées par le biais d’internet. L’expansion de ce type d’objets est permise par le remplacement des adresses IPv4 par des adresses IPv6. Pour résumer simplement la différence, les adresses IP sont des séries de chiffres. Les adresses IPv4 sont constituées de 32 bits, ou 4 octets. Les adresses IPv6 sont longues de 128 bits, soit 16 octets. Les adresses IPv6 sont donc bien plus longues, et donc bien plus nombreuses. Le protocole IPv6 a été mis au point en raison de l’épuisement des adresses IPv4. C’est ce très grand nombre d’adresses en plus disponibles qui permet aux objets connectés de se répandre. Le simple fait qu’ils soient connectés implique la nécessité d’une adresse IP.

Tous les objets qui utilisent des données sont dit connectés, qu’ils le fassent directement ou non. La connexion peut se faire de diverses manières. Elle peut être filière, ce qui se fait dans le cas du raccordement à une box. Mais quand on parle d’objet connecté, on parle plus volontiers de connexion sans fil. Ces connexions sans fil sont le Wi-Fi et le Bluetooth. Ainsi, techniquement, un casque Bluetooth ou des enceintes Bluetooth, s’ils ne consomment pas de données, sont connectés.

Différents objets connectés

Les différents objets connectés

Faut-il payer un forfait pour utiliser un objet connecté ?

De fait, les objets connectés ont besoin de transmettre des données pour justement être connectés. Cependant, comme avec un smartphone, qui peut être considéré comme le premier des objets connectés, il faut payer pour utiliser des données. L’explication est simple. Les données en transit occupent une partie du réseau de données mobiles. Ce réseau a besoin de maintenance et d’entretien, travaux qu’il faut financer. C’est pour cela que les données mobiles sont payantes. Le principe est très proche de celui des autoroutes. Dans la même idée, un mauvais réseau ou une surcharge de celui-ci entraîne des ralentissements. Il faut donc un forfait pour utiliser un objet connecté telle qu’une smartwatch.

Sur de nombreux objets qui se connectent en Bluetooth, l’abonnement est dépendant de celui de l’objet auquel ils sont connectés. C’est le cas par exemple des enceintes Bluetooth ou, la plupart du temps, des smartwatch.

Dois-je avoir une carte SIM dédiée à mon objet connecté ?

La réponse est simple : non. Ce n’est pas du tout une obligation, mais cela reste une possibilité. Il faut impérativement un forfait pour utiliser l’objet connecté, de façon à avoir le droit d’utiliser le réseau mobile. Ce forfait peut être géré de deux façons différentes. L’objet connecté peut être rattaché à votre smartphone comme il peut très bien ne profiter que de sa propre carte SIM.

Utiliser un objet connecté avec mon smartphone

C’est alors par le biais de celui-ci que tout se fait en terme de contrôle et de gestion. Y compris pour l’usage des données mobiles, ce sont celles de votre forfait qui seront consommées. Le principe est le même que pour le partage de connexion et donc l’usage du smartphone comme petite box ou modem.

Pour expliquer simplement ce qu’il se passe, il faut voir le smartphone comme un relais entre l’objet et le réseau. L’objet est relié au smartphone qui est relié au réseau. Ainsi, l’objet échange des données avec le réseau, mais en passant systématiquement par le smartphone. Pour fonctionner, il faut donc plusieurs choses :

  • avoir un forfait avec des données mobiles,
  • activer ses données mobiles (3G/4G/4G+),
  • activer le Bluetooth.

A voir aussi : Les meilleurs forfaits 4G et 4G+

Forfait objet connecté

Forfaits pour objets connectés

Tous les objets connectés sont-ils compatibles avec tous les smartphones ?

Malheureusement, non. Et c’est là la limite de ce type d’usage. En général, surtout dans le cas de la smartwatch, il faut s’assurer que les deux objets soient compatibles entre eux. Qui plus est, la chose n’est pas toujours aisée. Non seulement, il faut que les marques soient compatibles entre elles, mais souvent, il faut également que les modèles au sein des marques soient compatibles. Il faut aussi s’assurer de la correspondance des systèmes d’exploitation et de l’édition de système. Pour garder l’exemple des montres, ce n’est pas parce qu’une Apple Watch était compatible avec une version d’iOS qu’elle sera compatible avec la suivante. Il est donc impératif de s’assurer de la compatibilité des deux objets avant de procéder à un achat. Dans l’absolu, il peut également être préférable d’avoir une carte SIM dédiée à l’appareil dans certains cas, pour plus de simplicité.

Cependant, l’avantage domotique évident du smartphone est qu’il permet de gérer plusieurs objets en même temps. Si l’on en possède plusieurs, et de natures différentes (montre, ampoule, caméra), passer par un terminal commun rend l’usage bien plus pratique et confortable.

Utiliser un objet connecté avec sa carte SIM dédiée

L’objet connecté n’est donc pas nécessairement lié à votre smartphone. Dans ce cas, il doit donc utiliser sa propre carte SIM. Cela signifie donc que l’objet doit avoir son propre abonnement pour fonctionner, puisqu’il est intégralement indépendant. Cependant, tous les objets ne peuvent fonctionner avec une carte SIM indépendante. De nombreux appareils restent plus intéressants à utiliser via un terminal central. C’est cette centralisation des usages qui fait entrer l’Internet des Objets dans le champ de la domotique. C’est pourquoi la plupart du temps, l’objet reste connecté au smartphone.

Ce système est plus simple principalement à deux niveaux. Tout d’abord, il est plus simple d’usage. Nous l’avons dit, tout est centralisé sur un seul appareil (actuellement, le smartphone). De fait, les usages sont plus rapides et plus clairs. Il n’y a en plus qu’une seule carte SIM à gérer, ce qui implique le second atout majeur : la gestion des forfaits. Avec une seule carte SIM, il n’y a qu’un seul et unique forfait à gérer. En général, cela signifie plus de simplicité et moins de coûts. Cela veut également dire qu’il faut bien répartir la consommation de données dans les usages qui sont faits, pour ne pas qu’un objet prenne sur l’enveloppe de données d’un ou plusieurs autres.

Quelle quantité de données consomme un objet connecté ?

Tout dépend de l’objet et de sa fonction. S’il ne s’agit que de transmettre que quelques informations comme le fait par exemple une smartwatch, il n’est pas nécessaire de vouloir un grand nombre de données mobiles. Cependant, une offre avec 50 Mo, selon les usages que vous faites, peut vite devenir limitée. Il ne faut pas hésiter à passer par une phase de test en consultant régulièrement son le compte de son opérateur les données mobiles utilisées. Mais à moins d’une forte activité globale et d’utiliser plusieurs objets connectés, un forfait mobile classique jusqu’à 20 Go devrait être suffisant. Cela peut vous permettre d’écouter quelques heures de musique chaque jour, quelques vidéos, naviguer sur le web, tout en profitant de vos objets connectés sans avoir de souci à se faire.

A voir aussi : Estimer sa consommation de data.

Où trouver des forfaits et des cartes SIM pour objet connecté ?

Si votre objet connecté passe par votre smartphone, il n’y a pas de problème. Un forfait d’opérateur classique fait alors amplement l’affaire. Cependant, si l’on souhaite passer par une carte SIM dédiée à l’objet, il va alors falloir un forfait adapté. Plusieurs sites spécialisés dans les forfaits pour objets connectés existent. Ces sites peuvent être spécialités sur divers types de cartes SIM. Certains, comme matooma, ne proposent que des cartes SIM pour M2M. SFR s’est d’ailleurs fait une spécialité de ce secteur. Cependant, n’importe quel forfait Data Only est adéquat pour être utilisé avec un objet connecté. Il peut être possible de se procurer ce type de forfait auprès de son opérateur de téléphonie mobile, bien que cela ne soit pas toujours mis en avant.

On vous a été utile ?
Pour nous remercier,
partagez !