Smartphones

Le système de reconnaissance faciale d’Apple pourrait bien permettre à des applications tierces d’accéder à la cartographie de nos visages. Quelle menace cela pourrait représenter pour notre vie privée ?

Fonctionnalité phare du nouvel iPhone X, le Face ID est un système de reconnaissance faciale ultra perfectionné. Il permet notamment de déverrouiller son iPhone. Pour ce faire, la caméra TrueDepth du nouvel iPhone cartographie le visage de son utilisateur. Et ce grâce à la projection de plus de 30 000 points dans l’espace !Le Face ID permet ainsi de cartographier des visages en 3D, pour une reconnaissance faciale d’une extrême précision. Dès le lancement de l’iPhone X, cette nouvelle fonctionnalité d’Apple a soulevé de nombreuses questions relatives à la sécurité et la protection de nos données.

Le Face ID d’Apple : un système qui pose de nombreuses questions de sécurité

Depuis sa sortie, l’iPhone X et son Face ID ont fait couler beaucoup d’encre. Le public a d’abord interrogé le manque de précision du système, suite au tollé provoqué par le système de reconnaissance faciale de Samsung. Ce à quoi Apple a répondu en opposant sa technologie 3D à la technologie 2D de Samsung. Le public s’est alors demandé, à l’inverse, si la reconnaissance faciale d’Apple ne serait pas trop précise, empêchant les utilisateurs d’accéder à leur iPhone. Apple a ainsi mis en avant le programme d’intelligence artificielle intégré à son Face ID pour rassurer ses futurs clients. Et puis, l’iPhone X peut toujours être déverrouillé par un code, si jamais Face ID venait à lâcher.

Le Face ID utilise la 3D pour ses cartographies faciales.

Face ID permet de cartographier le visage des utilisateurs en 3D. Une précision qui vaut de l'or.

Mais ces éventuels dysfonctionnements sont des moindres maux en comparaison des éventuelles failles de sécurité du système Face ID. Dès la mi-septembre, moins d’une semaine après la keynote de rentrée d’Apple, un sénateur américain adressait alors un courrier officiel à Apple sur le sujet. Écrit au nom de la Commission américaine de la vie privée et des technologies, ce courrier a rapidement reçu une réponse de la part d’Apple. La marque a la pomme a alors tenté de rassurer la Commission en assurant que les données biométriques de Face ID étaient stockées dans une enclave ultra sécurisé. Cependant, de nouvelles expertises avancent aujourd’hui que cela n’apporte aucune sécurité à nos données.

Les applications mobiles très intéressées par nos données biométriques

C’est un article du Washington Post qui a mis en lumière ce problème éventuel d’utilisation de nos données. Dans un article intitulé « Apple partage votre visage avec des applications. Une nouvelle menace sur la vie privée », le journaliste Geoffrey A. Fowler explique que le Face ID pourrait largement intéresser les développeurs. Les cartographies de nos visages pourraient ainsi être utilisées par des applications qui pourraient alors déterminer nos émotions, notre genre, nos origines, le tout à des fins commerciales. De même, ces données pourraient être recoupées afin de nous reconnaître dans les lieux publics. Un scénario tout à fait probable au vu de la multiplication des caméras de surveillance dans l’espace public. Face à ce scénario de science-fiction, les experts sont formels : cela pourrait très bientôt devenir une réalité.

Le Washington Post avance ainsi que Apple laisserait les applications tierces accéder à l’enclave sécurisée où se situent les données du Face ID. Comme preuve, Geoffrey A. Fowler avance alors les informations fournies par Measure Kit, une application déjà proposée sur l’App Store. Il suffit de consulter ces informations pour voir que Apple laisse effectivement l’application puiser dans les données du Face ID. On peut alors se demander si ce ne serait aussi pas le cas de toutes les autres applications de réalité augmentée proposées sur l’App Store.

Face ID partage ses données avec d'autres applications.

L'application MeasureKit, disponible sur l'App Store, aurait accès aux données de Face ID.

Apple se veut de nouveau rassurant

Cette fois encore, la direction d’Apple s’est rapidement exprimée afin de rassurer les acheteurs de l’iPhone X. Tom Neumayr, porte-parole d’Apple, affirme que la marque a pourtant pris ses dispositions. Elle a bien adressé des exigences aux développeurs pour la protection des données des utilisateurs. Apple s'assure alors que :

« Les développeurs demandent la permission des utilisateurs avant d'accéder à la caméra frontale, et que les applications expliquent à quelle fin ces informations seront exploitées. »

Ce qu’il faut comprendre ici, c'est que ce sont les utilisateurs les responsables. Ce sont bien eux qui décident d’accorder ou non l’autorisation à ces applis pour accéder à la caméra TrueDepth, et donc à la technologie du Face ID. L’autorisation d’accéder à votre caméra est demandée par de nombreuses applications, dès leur première ouverture. Le problème, c’est que lorsqu’on accepte, on ne connaît pas vraiment les données collectées par l’application. Finalement, Apple n'avance qu'une seule vraie garantie. La marque assure que les développeurs d’applis ont l’interdiction formelle de vendre les données faciales de ses clients. Ce que nie le créateur de Measure Kit, qui avoue alors qu’« aucune condition n’a été exigée » par Apple. La marque va devoir très rapidement renforcer sa politique de confidentialité si elle souhaite vraiment protéger ses clients.

Partagez !

Forfait B&YOU

À lire aussi

Donnez votre opinion : commentez !

avatar