Smartphones

Depuis le début de la téléphonie mobile, les cartes SIM ont toujours été privilégiées par les opérateurs et les constructeurs. Dans une industrie en perpétuelle évolution, ARM vient de distribuer des plans pour les ôter complètement des terminaux portables. C'est une véritable révolution qu'envisage le fabricant de puces mobiles. Élément aujourd'hui indispensable des téléphones portables, les cartes SIM sont des pièces importantes pour les opérateurs. Bien sûr, il ne s'agit pour l'instant que d'un projet. Celui-ci ne dispose d'aucune certitude de trouver une concrétisation dans un futur proche. L'idée, toutefois, est dans l'air du temps, dans une industrie qui aime à se délester du superflu pour proposer des terminaux plus compacts. ARM vient-il de dévoiler un bouleversement à venir concernant les smartphones ?

Les cartes SIM, désormais remplaçables selon la société ARM

De plus en plus de constructeurs de portables se délestent de la prise jack, lui préférant une connexion USB Type-C. La raison en est simple. Dans un souci de compacité, les smartphones doivent désormais être légers et prendre le moins de place possible. Apple a toujours mis l'emphase sur des terminaux les plus légers et aisément manipulables. Rejoint par une grande partie des autres constructeurs, gageons que la firme à la pomme voit d'un bon œil la proposition d'ARM. La société britannique a en effet envoyé à certains acteurs majeurs des plans pour se passer de cartes SIM. Le tiroir dans lequel ces dernières se place est trop important pour ce que le futur réserve à l'industrie mobile. Pour éviter cela, l'entreprise britannique a conçu une solution qui pourrait bien alléger significativement les futurs smartphones.

ARM veut rendre les cartes SIM encore plus réduites.

L'évolution des cartes SIM prouve la volonté de l'industrie téléphonique d'aller vers un format plus réduit et compact.

ARM désire en effet intégrer les cartes SIM directement au cœur des appareils concernés. Le procédé a été appelé iSIM. Celui-ci permettrait de faire tenir les qualités d'une carte SIM aux dimensions jugées trop importantes (12,3 x 8,8 mm) dans un millimètre carré. Pour rappel, l'eSIM présente dans les AppleWatch est bien plus grande que ce nouveau procédé, avec ses 6 x 5 mm. Un gain de place conséquent donc, pour un bouleversement qui ne le serait pas moins. Et ce, alors que les cartes SIM n'ont cessé de s'affiner au gré des années. Entre les mini SIM, les nano SIM et les micro SIM, il y avait déjà de quoi s'y perdre. Une méthode nouvelle semblable à celle-ci permettrait donc de donner plus de cohérence à l'ensemble. Toutefois, de nombreux obstacles risquent de s'opposer, pour l'instant, à cette modification somme toute inévitable.

Avantages et désavantages de la solution proposée par ARM

Dans ce registre d'idées, les premiers concernés par ce changement, outre les clients, seront les opérateurs mobiles. Fédérer des sociétés sur un plan international à l'égard d'un nouveau procédé leur ôtant une partie du contrôle de leurs services semble ardu, de prime abord. Néanmoins, ARM oppose à cet argument le gain économique indubitable qui résulterait de leur nouveau procédé. Pour chaque carte SIM construite, sans égard pour son format, les opérateurs doivent consentir à plusieurs dizaines de centimes. La méthode de iSIM ne coûterait qu'environ dix centimes par unité produite. Une marge de bénéfices intéressante, c'est certain. Néanmoins, cela laisserait moins de liberté tant aux utilisateurs qu'aux opérateurs. Un portable cassé ne pourrait pas se voir retirer sa carte SIM pour l'introduire dans d'autres appareils.

La fin des cartes SIM selon ARM.

ARM, constructeur de puces, dispose d'une nouvelle solution pour ôter les cartes SIM.

Pour le moment toutefois, cette mesure semble idéale pour les appareils connectés. C'est ce que l'on appelle l'IoT, pour Internet of Things ou “Internet des Objets connectés”. Des objets, quotidiens ou non, qui peuvent bénéficier d'une connexion améliorée pour leur fonctionnement. C'est une solution de choix pour qui souhaite profiter d'un réseau fiable sur les services fournis par son matériel. En outre, la Commission européenne a décrété que tous les nouveaux modèles de voitures devraient incorporer de base des carte eSIM à partir de 2018. Le format pourrait aussi bien être modifié pour intégrer l'iSIM inventée par ARM.

À voir aussi : quel adaptateur multi-SIM choisir ?

Une mesure dans l'air du temps de la portabilité et la légèreté

Si aucune certitude n'est apportée quant à la concrétisation de ce nouveau modèle de SIM, l'interrogation est intéressante à plus d'un égard. Elle est parfaitement dans l'air du temps, comme vu précédemment avec les modifications concernant la prise jack sur les smartphones. De plus, ce n'est pas le premier essai en la matière, puisqu'Apple, inévitablement, avait déjà tenté le coup par le passé. ARM n'est toutefois pas la firme à la pomme. Pour une mesure que l'ancienne entreprise de Steve Jobs a eu du mal à appuyer et soutenir jusqu'au bout, qu'en sera-t-il de la mesure de la société britannique ?

La prise jack a disparu de la plupart des smartphones.

La prise jack est la grande perdante du processus d'allègement des smartphones. Elle est désormais absente de la plupart des terminaux récents.

Seul l'avenir nous le dira. En revanche, une chose est sûre : si l'idée est aujourd'hui révélée, c'est qu'elle a fait son chemin et que de nombreux ingénieurs sont au moment-même de la lecture de ces lignes en train d'y travailler. ARM affirme de son côté que les plans ont été divulgués aux principaux acteurs de l'industrie, dont la société attend désormais les retours. Que cette solution soit conservée ou non, et les puces iSIM directement intégrées dans les terminaux mobiles, cela reste à voir. Quoi qu'il en soit, les cartes SIM ne devraient plus être en vogue très longtemps encore.

À voir aussi : tout savoir sur les cartes SIM prépayées.

Partagez !

Forfait SFR

À lire aussi

Donnez votre opinion : commentez !

avatar